«Les règles doivent être les mêmes pour tous les secteurs d’activité, pour que l’effort économique demandé aux entrepreneurs et aux travailleurs de ce secteur puisse se traduire par une maîtrise efficace de la pandémie et pour la réouverture, en toute sécurité et dans un délai court. le temps, soyez une réalité », maintiennent les entités représentatives du secteur professionnel de la beauté.

Dans un communiqué, les cinq associations, le club et le centre artistique représentant le secteur considèrent que le modèle actuel de confinement « est sélectif et inefficace », prônant un « confinement total » et se revendiquant parmi les premiers à rouvrir lorsque la déflation commence .

« S’il est nécessaire de fermer pendant deux à trois semaines pour pouvoir rentrer le plus tôt possible, alors nous les fermerons tous », se défend le président de l’Association portugaise des barbiers, coiffeurs et instituts de beauté (APBCIB), cité dans le communiqué.

Bien que «conscient des difficultés que traverse le secteur et préoccupé par la situation difficile des professionnels» qui le composent, Miguel Garcia comprend que «à ce stade, la priorité est de réduire au plus vite l’impact de la nouvelle pandémie de coronavirus dans le pays», afin que le secteur puisse «reprendre l’activité au plus vite».

Mais il réitère: «Au vu de la réalité que traverse le pays et de la situation du système national de santé, nous ne pouvons qu’accepter une situation d’enfermement total similaire à celle de mars de l’année dernière, afin de pouvoir soutenir les professionnels de santé qui sont en première ligne et diminution du nombre de pandémies ».

Dans ce contexte, le secteur exige du gouvernement «les mesures nécessaires et un soutien économique adéquat», qui doivent être «payés à temps pour sauver les entreprises et les emplois».

Dans le communiqué, les associations et clubs affirment également que l’activité doit être la première à rouvrir lorsqu’il est possible de lever les mesures restrictives, rappelant que, «dans le confinement précédent, la pertinence de ce secteur et de ses services pour l’hygiène, la santé, l’estime de soi était prouvée et bien-être des Portugais ».

«De plus, le secteur des soins personnels est l’un des mieux préparés, avec des règles de sécurité imposées pour son fonctionnement, pour empêcher la propagation de la pandémie. Ces derniers mois, les associations ont lancé l’initiative «O Seu Espaço Seguro», renforçant la garantie du respect des mesures de sécurité et d’hygiène pour le confinement du covid-19, mises en œuvre lors de la réouverture des établissements de soins personnels début mai », soulignent-ils .

Ces mesures comprennent, entre autres, l’imposition d’un nombre limité de personnes au sein d’un établissement, l’accès aux services uniquement sur rendez-vous, le nettoyage régulier de l’espace commercial, l’utilisation obligatoire de masques, la désinfection et le lavage fréquent des mains par professionnels et clients, la désinfection et la stérilisation des ustensiles professionnels et l’utilisation de jetables et / ou la stérilisation de matériaux non jetables à usage unique.

Selon Miguel Garcia, «les mesures proposées et conformes sont nécessaires et adéquates pour assurer la sécurité de l’activité et il n’y a pas d’indicateur de réseaux de contagion dans les établissements de soins personnels, ce qui prouve qu’il s’agit d’espaces sûrs».

« Pour ces raisons – souligne-t-il – nous espérons qu’après l’accouchement, les espaces beauté seront parmi les premiers à rouvrir, comme cela s’est produit lors du premier confinement ».

La déclaration publiée aujourd’hui est signée par les associations portugaises de barbiers, de coiffeurs et instituts de beauté (APBCIB), les coiffeurs portugais (ACP), les coiffeurs et esthétiques portugais de Braga, le corps national et les cheveux et l’esthétique professionnelle nationale (ANEP ), ainsi que par le Centro Artístico e Cultural dos Cabeleireiros de Portugal et le Clube Artístico dos Cabeleireiros de Portugal.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 2 075 698 décès résultant de plus de 96,8 millions de cas d’infection dans le monde, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 9 686 personnes sont décédées des 595 149 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PD // MSF

Le contenu Covid-19: Le secteur de la beauté professionnelle souhaite que le confinement général rouvre dès qu’il apparaît pour la première fois dans Vision.