Le PCP a critiqué aujourd’hui le plan de relance de l’apprentissage présenté par le gouvernement, qu’il a qualifié d' »ensemble d’intentions peu claires » et « rien de détaillé », regrettant que l’exécutif arrive « toujours avec le même baratin ».

« Il ne suffit pas que le gouvernement vienne toujours avec le même baratin des mesures mises en œuvre lors de la dernière législature ou re-présente des mesures qui ont déjà été annoncées dans la présente législature », a défendu Ana Mesquita, à l’Assemblée de la République, dans le débat actuel exigé par le PCP sur la préparation de la nouvelle année scolaire.

De l’avis du député « il faut se conformer aux mesures positives qui découlent du budget de l’Etat et qui résultent de la proposition et de l’intervention du PCP, mais cela ne suffit pas ».

« Il en faut plus et il faut plus qu’il en soit dans le sens d’une rupture avec la politique de droite et dans l’affirmation d’une politique patriotique et de gauche », a-t-il souligné.

Ana Mesquita a souligné que le parti a demandé le débat en question « parce que ce doit être maintenant et pas seulement le premier jour de cours, le temps de débattre des changements concrets qui doivent être apportés et de présenter des solutions aux problèmes qui se posent. au niveau la récupération des apprentissages des élèves et la valorisation de l’école publique et de tous ses travailleurs ».

« Il y a une semaine, le gouvernement a annoncé le soi-disant plan de relance de l’apprentissage [Plano 21/23 Escola +] fondant leur présentation plus sur les millions agités que sur des changements concrets du point de vue de l’organisation de l’année scolaire. En fait, il s’agissait surtout d’énoncer un ensemble d’intentions peu claires, peu détaillées et limitées dans le temps, dont l’application ne prend que deux années académiques », a-t-il critiqué.

Pour le PCP, « il est important que le Gouvernement clarifie pleinement quels moyens seront effectivement au service des écoles pour qu’il y ait une autonomie qui permette le renforcement de l’accompagnement pédagogique et social, l’embauche des travailleurs nécessaires, la réduction du nombre de élèves par classe » car « l’autonomie sans moyens n’est qu’un verbe à remplir ».

« Pour cela, il n’y a jamais eu ni manque de la proposition et de l’intervention du PCP qui concret, successif et par conséquent a lutté pour la défense des écoles publiques démocratiques, universelles, libres, inclusives , garantissant le respect des droits des étudiants mais aussi de ses travailleurs », a-t-il conclu.

ARYL/MYCA // SF

Le contenu Covid-19 : le PCP critique la « chape » du gouvernement sur l’éducation apparaît en premier à Visão.