Eduardo Cabrita a pris la parole pendant 10 minutes à l’issue du débat sur le renouvellement de l’état d’urgence et a admis que le Portugal a connu, en janvier, le «mois le plus difficile de cette pandémie», déclarant que la réponse du gouvernement était conforme aux options prises par d’autres pays européens.

Sur un ton moins enflammé que dans d’autres débats de ces derniers mois, le ministre a néanmoins demandé «de ne pas confondre démagogie et réponse sérieuse» de «tous les organes souverains», avec «la cohésion nationale nécessaire pour affronter les temps difficiles».

Le responsable gouvernemental a admis que janvier était un mois «particulièrement complexe» et a défendu les options qui, «de manière réaliste», avaient été prises par l’exécutif il y a deux semaines, lors du précédent renouvellement de l’état d’urgence, et que les décisions plus restrictives «commencent prendre effet « .

« Il faut donc continuer, procéder avec des nerfs d’acier », a-t-il lancé.

Présentant les résultats, le ministre a illustré la baisse du nombre de patients hospitalisés atteints de covid-19 par rapport à la période de pointe (18% en général) et 7,5% de moins pour ceux hospitalisés en réanimation.

Sans être aussi critique que dans d’autres débats, le chef de l’Administration interne a noté que, il y a encore «quelques jours», dans une référence implicite au PSD et à son dirigeant, Rui Rio, il y avait ceux qui se demandaient «si les établissements devraient s’ouvrir au tardive ou fermée, s’il devait y avoir des limites à la diffusion ou si cela n’était pas acceptable ».

Quant à la vaccination – un processus qui a été critiqué par les partis d’opposition – Cabrita s’est rendu directement à Rio, qui a abordé la question dans son discours, et, comme «il n’y a pas d’ordre du jour secret, il a annoncé plus de chiffres, révélant que, dès 8: 30 aujourd’hui, 422 546 doses ont été administrées, 303 000 Portugais ont reçu la première dose et 133 000 ont reçu la seconde.

Le parlement a autorisé aujourd’hui le renouvellement de l’état d’urgence jusqu’au 1er mars pour permettre des mesures de contenir le covid-19, avec des votes favorables du PS, du PSD, du CDS-PP et du PAN.

La députée non inscrite Cristina Rodrigues a également voté pour. BE s’est à nouveau abstenu et PCP, PEV, Chega, Initiative libérale et député non inscrit Joacine Katar Moreira ont maintenu le vote contre ce cadre juridique, qui permet la suspension de l’exercice de certains droits, libertés et garanties.

Le vote d’aujourd’hui était identique à celui observé lors des deux précédents renouvellements de l’état d’urgence, approuvés par le parlement et promulgués par le président de la République les 13 et 28 janvier.

C’était le onzième diplôme de l’état d’urgence que Marcelo Rebelo de Sousa a soumis à l’Assemblée de la République dans le contexte actuel de la pandémie de covid-19.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 2 355 410 décès dans le monde, résultant de plus de 107,3 ​​millions de cas d’infection, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 14 885 personnes sont décédées des suites de 778 369 cas d’infection confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

NS (IEL) // JPS