La maire de Portimão, Isilda Gomes, va rencontrer aujourd’hui de toute urgence le Premier ministre suite à la décision du gouvernement de maintenir la municipalité dans la même phase du processus déflationniste, a-t-on annoncé aujourd’hui.

Dans un communiqué, la municipalité a indiqué que l’audition demandée « en urgence » au Premier ministre, est prévue à 18h00, au palais de São Bento, à Lisbonne.

La réunion a été demandée par Isilda Gomes (PS) « en raison des décisions prises jeudi en Conseil des ministres, qui empêchent Portimão de reprendre le processus de déflation ».

Isilda Gomes, citée dans la note de la municipalité du district de Faro, a exprimé «une grande déception face à la décision prise [pelo Governo], ressenti, une fois de plus, comme une énorme injustice ».

Portimão, qui a reculé dans la deuxième phase de la déflation il y a 15 jours, est l’une des huit municipalités sur 278 du Portugal continental à ne pas passer samedi à la quatrième et dernière phase du plan de déflation défini par le gouvernement avec l’entrée du pays. dans une situation de calamité, remplaçant l’état d’urgence.

Miranda do Douro, Paredes et Valongo, qui restent au niveau où ils se trouvent, et Aljezur, Resende, Carregal do Sal, qui se sont retirés à différents stades, mais qui sont également retenus, bien que peut-être «Pour une durée très courte», car le gouvernement a décidé de procéder à une évaluation hebdomadaire.

Selon les données publiées par la municipalité, Portimão a dénombré jeudi 39 cas actifs d’infections par covid-19 dans la municipalité, un nombre inférieur à la limite de 67 cas, sur la base de 120 pour 100 mille habitants.

Au cours de la période cumulée de 14 jours utilisée par le gouvernement pour définir les règles de la déflation, il y a eu une réduction de 200 cas à Portimão, ce qui représente un cumul de 70 cas jeudi, dont seulement 39 étaient actifs.

Les critères d’évaluation utilisés par le gouvernement pour définir les règles de manque de définition ont été critiqués par les maires, considérant qu’ils ne reflètent pas la réalité des cas de covid-19, pénalisant injustement les populations.

Jeudi, dans des déclarations à l’agence Lusa, le maire d’Aljezur, José Gonçalves (PS), une commune contrainte de se replier dans la deuxième phase de déflation, a critiqué les critères d’évaluation, qui continuent de «soulever de nombreux doutes, étant en contradiction avec la réalité des cas de contamination active ».

Le maire défend une révision urgente de la manière dont la comptabilité est effectuée, tout en reconnaissant qu ‘ »une étape importante a déjà été franchie, l’évaluation se faisant toutes les semaines au lieu de tous les quinze jours ».

Cependant, a-t-il ajouté, les règles devraient prendre en compte les affaires qui sont actives pendant deux ou trois jours, afin que la décision du gouvernement soit prise de manière plus équitable.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 3 168 333 décès dans le monde, résultant de plus de 150,4 millions de cas d’infection, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 16 974 personnes sont décédées des 836 033 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

JPC // MAD

Le contenu Covid-19: le maire de Portimão rencontre d’urgence le Premier ministre apparaît en premier dans Vision.