Le ministre de la Défense, João Gomes Cravinho, a déclaré aujourd’hui que le gouvernement avait des «travaux en cours» pour répondre au manque de conditions de logement des travailleurs ruraux à Odemira, dans le district de Beja, considérant le problème «complexe» à résoudre.

«Il y a des travaux en cours au sein du gouvernement pour répondre à ce problème», a ajouté le responsable gouvernemental, à l’issue d’une visite au poste de vaccination d’Odemira, opérant dans un pavillon de pompiers volontaires.

Gomes Cravinho a souligné qu’il est nécessaire de «distinguer les réponses très immédiates» liées à la pandémie de covid-19, y compris les «exigences en matière de logement» pour «l’isolement prophylactique» des travailleurs ruraux.

Quant aux «réponses à moyen terme», a souligné le ministre, elles «sont en concurrence avec les domaines de l’économie, de l’agriculture et de l’environnement».

Selon le détenteur du portefeuille de la Défense nationale, le manque de conditions de logement pour ces travailleurs ruraux, en particulier les étrangers, «est un problème complexe» et s’est développé «au fil des années».

La pandémie « a braqué les projecteurs sur un ensemble de vulnérabilités, des difficultés pour notre société dans plusieurs domaines », a-t-il noté, avertissant que « le problème du développement de nouvelles formes d’agriculture doit être résolu également en termes de logement et d’accompagnement des travailleurs ».

Le gouvernement n’est toujours pas au courant des besoins de logement dans la municipalité d’Odemira, y compris les travailleurs agricoles, mais a révélé qu’il y avait 299 conteneurs d’hébergement et que «tous respectent les conditions d’hygiène et de santé obligatoires».

Les informations ont été fournies, en réponse à l’agence Lusa, dans une communication conjointe des Ministères de l’Infrastructure et du Logement, de l’Agriculture, de l’Environnement et de l’Action pour le Climat, de la Présidence du Conseil des Ministres et du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale.

Selon le gouvernement, dans le cadre de la zone de développement hydro-agricole de Mira (AHM), également connue sous le nom de périmètre d’irrigation de Mira (PRM), qui couvre les municipalités d’Odemira, sur la côte de l’Alentejo, et d’Aljezur, en Algarve, ces deux municipalités «préparent leur stratégie locale de logement (ELH) qui vise à répondre à toutes les situations répondant à des besoins permanents, y compris les travailleurs de ces exploitations qui répondent à ces critères d’éligibilité».

«Le travail d’identification de tous les besoins permanents de logement de la population, y compris la surpopulation, qui est en cours, permettra de prendre conscience de toutes les pénuries de logements et de garantir un logement décent», a déclaré l’exécutif.

Lors de la visite au poste de vaccination d’Odemira, le ministre de la Défense a salué le travail effectué par l’armée, qui a placé huit infirmières dans deux postes de vaccination de la municipalité, rappelant que «l’une des difficultés dans cette région était le manque de ressources humaines. »Pour la vaccination d’accélération.

«L’un des moyens de rendre le virus un peu moins dangereux à Odemira est d’accélérer le processus de vaccination», a-t-il dit, ajoutant que, jusqu’à lundi, «tous les résidents d’Odemira âgés de plus de 60 ans recevront au moins la première dose de vaccin». .

C’est, a-t-il souligné, une anticipation «d’une dizaine de jours» de l’objectif pour le reste du pays.

Selon le ministre, lundi, six autres infirmières de l’armée arrivent à Odemira pour rejoindre les «équipes multisectorielles qui sont en contact avec l’ensemble de la population».

Dans les quatre jours, du vendredi au lundi, lorsque les huit infirmières de l’armée seront à Odemira, environ 2 000 vaccinations sont attendues.

Dans la municipalité d’Odemira, le gouvernement a décidé de promulguer une clôture sanitaire dans les paroisses de São Teotónio et Almograve, en raison de la forte incidence des cas de covid-19, en particulier chez les travailleurs du secteur agricole, a annoncé jeudi le Premier ministre.

António Costa a également souligné que «certaines populations vivent dans des situations de logement insalubre inacceptable, avec surpeuplement des logements», faisant état de situations de «risque énorme pour la santé publique, en plus d’une violation flagrante des droits de l’homme».

Cependant, les autres paroisses de cette commune du district de Beja sont soumises aux règles prévues dans la quatrième phase du plan de déconfination du gouvernement.

SM // EA