Le festival Paredes de Coura, qui devait avoir lieu en août dans cette localité, a été reporté à 2022, en raison de « toutes les incertitudes et les changements constants dans les procédures de retour des spectacles vivants », a annoncé aujourd’hui l’organisation.

« Il n’y aura pas de Vodafone Paredes de Coura cette année. Toutes les incertitudes et les changements constants dans les procédures de retour des spectacles vivants nous amènent, avec grand regret, à admettre qu’il s’agit de la décision la plus sensée à prendre », déclare le promoteur Ritmos, dans un communiqué publié aujourd’hui, dans lequel elle annonce les nouvelles dates : 17, 18, 19 et 20 août 2022.

Le festival n’avait pas eu lieu l’année dernière, en raison des restrictions imposées par le gouvernement pour tenter de contenir la pandémie de covid-19. Cette année, Vodafone Paredes de Coura était prévu les 18, 19, 20 et 21 août, et l’affiche comprenait, entre autres, Pixes, Idles et BadBadNotGood.

Selon le promoteur, « tous les billets achetés pour les éditions 2020 et 2021 sont valables pour l’édition 2022 ».

« Si pour une raison quelconque ils ne peuvent pas assister à la prochaine édition, ils peuvent demander un remboursement entre le 18 août et le 6 septembre 2021, via un formulaire créé à cet effet et qui sera disponible sur notre ‘site' », indique le communiqué. , où il est en outre expliqué que « tous les détenteurs de billets pour Vodafone Paredes de Coura 2021 n’ont pas droit à un remboursement à ce moment-là, mais peuvent toutefois demander leur remplacement dans les conditions légalement établies ».

Le promoteur souligne que chaque fois que quelqu’un décide de garder le billet, il « aide toute la communauté qui entoure le festival en cette période très difficile ».

En raison des restrictions pour limiter la propagation du covid-19, de la situation pandémique dans d’autres pays, des différents taux de vaccination et du manque de clarification des règles pour la tenue de ce type d’événements, cette année plusieurs festivals de musique, parmi lesquels ID No Limits et CoolJazz (tous deux à Cascais), Alive (Oeiras), Rock in Rio Lisboa, Super Bock Super Rock (Sesimbra), Bons Sons (Tomar), Primavera Sound (Porto), le Boom Festival (Idanha-a-Nova) , Barroselas Metalfest, Músicas do Mundo de Sines, Gouveia Art Rock, Rolling Loud (Portimão), Summer Fest (Ericeira, Mafra), Amplifest (Porto), Lisb -ON (Lisbonne) et Vilar de Mouros (Caminha).

Jusqu’à présent, plusieurs festivals sont encore programmés, à savoir le festival du Sudoeste (Odemira), en août.

D’autres événements à petite échelle sont annoncés dans tout le pays, principalement avec de la musique portugaise, comme le Festival das Artes QuebraJazz, à Coimbra, le Festival Artes à Vila, au monastère de Batalha, dans la vallée d’Oeiras et Música no Parque, à Cascais.

Entre avril et mai, quatre événements pilotes ont eu lieu à Braga, Coimbra et Lisbonne, avec le public assis et debout, et avec la réalisation préalable de tests de diagnostic, gratuits, aux spectateurs, en collaboration avec la Croix-Rouge portugaise.

L’objectif de ces événements était de définir, selon le gouvernement, « de nouvelles directives techniques et la réalisation de tests de diagnostic SARS-CoV-2 pour les spectacles et les festivals ».

Plus d’un mois plus tard, les conclusions de ces événements pilotes n’ont pas encore été rendues publiques, car les données d’identification des spectateurs, qui ont subi le test de diagnostic, sont toujours en cours de rapprochement.

L’Association des promoteurs de spectacles, festivals et événements (APEFE) a indiqué la semaine dernière à l’agence Lusa qu’elle avait été informée qu’il y avait eu « un problème informatique » avec les données des spectateurs qui ont participé aux événements pilotes.

Dans le même temps, l’Associação Portuguesa Festivais Música (Aporfest) a regretté, dans un communiqué, que les événements pilotes aient été une « perte de temps », et a déclaré que 45 jours après leur tenue, ils avaient été surpris par un « problème technique » dans la gestion des données.

Quelques jours plus tard, la Direction générale de la santé, dans un communiqué transmis à l’agence Lusa, a déclaré que « le travail de surveillance des cas potentiels d’infection par le SRAS-CoV-2, après avoir assisté aux événements culturels pilotes en avril et mai, est toujours en cours. en conclusion ».

Pour conclure la surveillance, « il est nécessaire de faire correspondre les informations d’identification qui ont servi à accéder aux événements avec le numéro d’utilisateur du National Health Service, ce qui rend le processus plus long », a-t-il admis.

Une source de la DGS a déclaré à l’agence de presse Lusa que le retard n’était pas dû à une erreur technique ou informatique.

JRS (SS) // MAG