Le CDS-PP accuse la Direction générale de la santé (DGS) d’avoir rendu infaisable la tenue de deux corridas à Santarém et appelle le gouvernement à ce que ces spectacles  » se déroulent comme prévu « , affirmant qu’il s’agit  » d’un énorme trouble « .

Dans un communiqué adressé aux journalistes, le comité exécutif du CDS-PP (organe le plus restreint du conseil d’administration) précise que « dans les deux jours pour démarrer la première des deux corridas prévues il y a plusieurs semaines à Santarém, la DGS a décidé de les rendre irréalisables, entraînant son annulation ou son ajournement « sine die » ».

Selon la note, qui est signée par le vice-président du parti Pedro Melo, « le délégué local à la santé a commencé par s’interroger sur le fait que l’arène de Santarém, la plus grande du pays, était une salle de concert, cherchant à limiter sa capacité maximale, lorsque , en effet, les arènes Monumental Celestino Graça, respectant les directives applicables, ne seraient occupées qu’à 50% ».

« Une fois l’erreur d’analyse reconnue, la DGS est intervenue, imposant qu’en plus du plan d’urgence, bien entendu, à mettre en œuvre, seuls les spectateurs ayant un test covid réalisé dans les 24 heures précédant la date de l’événement étaient admis », poursuit le centriste.

L’effet, a-t-il dit, « était ce qui était souhaité » : l’irréalisabilité de ces deux corridas, avec des billets déjà vendus, en fait, épuisés, un énorme dérangement pour les organisateurs, cavaliers, éleveurs de bétail et fourches, en plus des dégâts aux restaurants et aux hôtels ».

Le vice-président du CDS considère que la « décision en question est, à tous égards, injustifiée, traduisant, à vrai dire, un avilissement du secteur taurin, qui, n’étant pas nouveau, est répréhensible et devrait faire rougir de honte le gouvernement « .

« Le CDS-PP, répudiant cet événement, exhorte le Gouvernement à se conformer à la Constitution et à la loi, permettant aux représentations en question, tenues à l’extérieur, d’avoir lieu comme prévu, rétablissant ainsi la légalité violée et le respect que cette activité et ses les professionnels et les fans doivent le mériter », souligne-t-il également.

Les centristes défendent également qu’« il est de plus en plus évident que ce gouvernement essaie de tuer une tradition nationale, en serrant de plus en plus le garrot : dans l’interdiction de la transmission des corridas par la RTP, dans la TVA ajoutée de ces spectacles et, désormais, dans la création de mesures discriminatoires et, en tant que telles, inconstitutionnelles, au secours des corridas ».

FM // SF

Le Covid-19 : le contenu du CDS accuse la DGS d’empêcher des corridas à Santarém sans justification apparaît d’abord à Visão.