Les données publiées aujourd'hui indiquent que 81% des 1 200 ménages interrogés ont déclaré que la pandémie de Covid-19 "avait eu un impact négatif sur leurs sources de nourriture et de revenus".

Environ 40% ont dû adopter plusieurs alternatives pour faire face au problème, notamment en réduisant leur consommation alimentaire quotidienne.

Les données font partie d'une évaluation rapide de la sécurité alimentaire réalisée en mai dans diverses régions du Timor-Leste par le ministère de l'Agriculture et de la Pêche avec le soutien d'Oxfam, de Mercy Corps, de World Vision, de Catholic Relief Services, d'ADRA et du programme de nutrition. et l'agriculture TOMAK.

"Une pandémie mondiale de la faim émerge à la suite de la crise du Covid-19", explique Oxfam, dans un communiqué envoyé à Lusa.

«Au Timor-Leste, de nombreuses familles signalent déjà moins de sources de revenus et moins de vivres. Le soutien à l'agriculture pourrait éviter une crise de la faim », soutient-il.

Kathy Richards, directrice nationale d'Oxfam au Timor-Leste, se félicite de la réponse des autorités à la pandémie, empêchant le virus de se propager dans la communauté.

Cependant, il note que, dans le même temps, de nombreuses familles «rencontrent des difficultés qui ont un impact sur leurs sources de nourriture ou de revenu», aggravant dans certains cas des situations déjà précaires.

«Avant la crise de la Covid-19, les agriculteurs du Timor-Leste faisaient déjà face à une saison des pluies de 2019-2020 avec de grands défis, face aux maladies du bétail telles que la peste porcine africaine, les ravageurs des cultures et les pluies irrégulières» , il a remarqué.

Richards note que la crise du Covid-19 "est devenue un problème bien au-delà de la santé", avec un impact majeur sur le secteur alimentaire qui nécessite "des interventions coordonnées à différents niveaux des ministères pour améliorer la sécurité alimentaire dans les communautés rurales".

«Nous devons nous assurer qu'au Timor-Leste, la crise de la covid-19 n'aggrave pas les inégalités dans les zones rurales», dit-il, mettant à disposition le soutien de l'organisation.

«Il s'agit d'une occasion de mieux récupérer et de montrer un investissement durable plus important dans le secteur agricole au Timor-Leste – une clé de la reprise sociale et économique du Timor-Leste et de sa durabilité à long terme», estime-t-il.

À l'échelle mondiale, Oxfam note l'impact croissant de covid-19 sur la faim et l'insécurité alimentaire, estimant que dans le monde, entre avril et septembre, jusqu'à 6500 personnes pourraient mourir de faim directement liée au problème de la pandémie.

L'organisation fait référence à une «défaillance systémique des systèmes alimentaires» qui «provoque des inégalités et la faim».

Selon le Programme alimentaire mondial et l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, 265 millions de personnes sont actuellement au bord de la faim, soit plus du double de celui de la crise alimentaire de 2008.

Plus de 150 millions de personnes sont susceptibles de faire face à l'insécurité alimentaire.

Le Timor-Leste n'a actuellement aucun cas actif de covid-19.

ASP // VM

Le Covid-19: la situation alimentaire de la plupart des familles au Timor-Leste s'est dégradée apparaît pour la première fois à Visão.