Dans un entretien avec Agência Lusa, le directeur du service des maladies infectieuses du Centro Hospitalar de Setúbal, l’une des régions de la périphérie de Lisbonne les plus touchées en janvier par la troisième vague de la pandémie de covid-19, a déclaré que le succès réside dans l’équilibre de la conjugaison entre économie et santé.

«La clé de la combinaison de l’économie et de la santé est nécessaire (…), car d’ici 15 jours on peut exagérer les mesures, pour le dire très sincèrement», a défendu le médecin, spécialiste en médecine interne, maladies infectieuses et médecine de le voyageur.

Comment allez-vous soupçonner sans courir le risque d’avoir une autre vague identique à celle qui a bouché les hôpitaux en janvier? «Je ne vois qu’une seule voie, avec deux aspects: d’abord, le citoyen doit assumer la responsabilité de son comportement, c’est crucial, car il a été trop loué. (…) Deuxièmement, les tests ».

«Nous avons besoin des tests [rápidos], (…) Même s’ils sont moins efficaces. Certains pays ont déjà opté pour cette stratégie, car les tests à base de salive, que le patient lui-même peut faire, peuvent être effectués à l’entrée des écoles, par exemple, une fois par semaine, tous les jours, dans les hôpitaux ou à l’entrée du cinéma », illustré.

Pour José Poças, l’idéal est la massification des tests, « de préférence avec des tests aux performances manifestement suffisamment robustes ».

« Je pense que nous y arriverons, et le jour où nous y arriverons (…) tout l’argent dépensé pour ces tests sera inversé dans la non-fermeture de l’économie », a-t-il défendu.

L’officiel cite un éditorialiste du magazine Nature pour défendre qu’il devrait y avoir deux bulletins quotidiens, l’un à l’heure et l’autre sur l’émergence de micro-organismes potentiellement très dangereux.

«Cela sera contrôlé et ce que je propose, c’est: c’était beaucoup moins cher pour tout le monde de payer pour un pays où [emergência sanitária] pourrait arriver à fermer complètement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’exportation de ce micro-organisme », a suggéré José Poças, ajoutant:« Ce qui s’est passé maintenant, c’est que les gens l’ignoraient ».

«Si nous ne pouvons pas fermer le monde», a-t-il souligné, «nous devons le garder ouvert, mais nous pouvons supposer que c’est à payer, car cela a des coûts énormes, mais cela aurait été des millions de fois moins cher, des millions de fois plus. efficace. Et cela devrait s’appliquer au monde entier, où qu’il aille », a-t-il déclaré.

Le responsable a souligné l’importance d’étudier non seulement les maladies émergentes, les micro-organismes véritablement nouveaux, mais ceux qui, étant déjà bien connus, supposent une diversité génétique.

«Par exemple, les anciennes bactéries ont des mutations qui leur confèrent une résistance à l’antibiotique. Ce sera à l’ordre du jour », a-t-il déclaré.

A ce sujet, José Poças a défendu: «Si de nouvelles molécules n’apparaissent pas, si nous ne frissonnons pas sur le mauvais usage des antibiotiques, en 2050 encore mourront de telles infections, très anciennes, et connues de nous depuis de nombreuses années. ), E plus de personnes mourront d’infections contractées à l’hôpital que de cancer ».

«Comme c’est pour 2050, les gens ne voudront généralement pas en entendre parler. Mais ils devraient vouloir savoir. Des malades aux médecins eux-mêmes », a-t-il déclaré.

L’expert a également considéré que la société «ne peut pas être fermée pour toujours» et que l’idéal serait, puisqu’elle a déjà réussi à réduire le nombre de nouveaux cas, «de maintenir le nombre de cas suffisamment bas pour que l’économie s’ouvre et pour permettre il est temps que les vaccins agissent ».

SO // SB

Le contenu de Covid-19: la responsabilité des citoyens et les tests massifs sont la clé de la méfiance apparaît en premier dans Vision.