Rédaction, 31 juillet 2020 (Lusa) – La baisse de 16,5% du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre, en glissement annuel, montre que la reprise économique «est un mirage», a défendu l'Association portugaise des entreprises (AEP), dans un communiqué.

L'entité a souligné qu '"aujourd'hui avait la confirmation officielle de ce que les entreprises et, par conséquent, l'économie portugaise ont déjà ressenti: une chute brutale de l'activité, dont il n'y a aucun souvenir".

"Cela signifie que, comme nous l'avions prédit, nous sommes dans une récession technique, tout comme nos principaux partenaires commerciaux, qui ont également vu des réductions de leur PIB de l'ordre de deux chiffres", a déclaré AEP.

L'association a également rappelé que «les deux principaux marchés de destination des exportations portugaises ont enregistré l'évolution la plus sévère, avec un PIB espagnol en baisse de 18,5% en chaîne et 22,1% sur un an et le PIB français enregistrant une baisse en 13,8% dans la chaîne et 19% sur un an », auxquels s'ajoute« la forte baisse en Allemagne (-10,1% et -11,7%) et en Italie (-12,4% et -17, 3%) ».

Pour cette raison, pour le président de l'AEP, Luís Miguel Ribeiro, cité dans le même communiqué, «ces données suscitent de grandes inquiétudes et démontrent bien que, malheureusement, la phase de reprise tant souhaitée est encore un mirage pour le moment et constitue donc plus preuve de la nécessité d'une attention accrue et, fondamentalement, d'une action rapide des politiques publiques ».

Le CEPOL a souligné «l'énorme importance des mesures de soutien à l'économie, à savoir la prolongation du licenciement simplifié, dans le modèle qui a fonctionné jusqu'à présent, au moins jusqu'à la fin de l'année» et a également appelé à «d'autres mesures pour soutenir l'énorme manque de liquidité pour les entreprises portugaises ».

Pour AEP, il est essentiel «de mettre sur le terrain des lignes de crédit avec des garanties étatiques déjà renforcées, une assurance crédit à l'exportation, diverses mesures fiscales, ainsi que la réallocation des fonds du Portugal 2020 vers le tissu économique».

L'association a également appelé à «la mise en œuvre d'une politique du travail flexible, qui s'adapte à la dynamique de l'activité économique».

"Dans ce contexte, la priorité du Portugal devra se concentrer, de plus en plus, sur le renforcement du soutien à l'activité des entreprises", a souligné l'organisation.

Le PIB portugais a chuté de 16,5% au deuxième trimestre de l'année par rapport à la même période de 2019, en raison des effets économiques de la pandémie de covid-19, a publié aujourd'hui l'Institut national de la statistique (INE).

"Reflétant l'impact économique de la pandémie, le PIB s'est fortement contracté en termes réels au 2ème trimestre 2020, après avoir diminué de 16,5% d'une année sur l'autre, après la baisse de 2,3% au trimestre précédent", peut-on lire basé sur une estimation rapide publiée par l'INE.

Au cours du trimestre où la plus forte baisse du PIB portugais a été enregistrée en glissement annuel, la baisse de chaîne – par rapport au premier trimestre de l'année – a été de 14,1%, a également indiqué l'INE.

Selon l'institut de statistique, le résultat enregistré par rapport à la même période de 2019, une baisse de 16,5%, «s'explique en grande partie par la contribution négative de la demande intérieure à la variation annuelle du PIB, qui était considérablement plus négative par rapport au trimestre précédent, reflétant la forte contraction de la consommation privée et de l’investissement ».

ALYN (JE) // EA

Covid-19: La baisse du PIB montre que la reprise économique est un «mirage» – AEP apparaît en premier dans Vision.