«Le secteur hôtelier est l'un des plus exposés à la crise du nouveau coronavirus. Avec la saison estivale qui approche, les annulations ou les reports de voyages et d'événements continuent d'augmenter quotidiennement, tandis que les inquiétudes concernant la contamination demeurent », a déclaré Fitch Ratings dans un communiqué.

L'agence de notation prévoit que la pandémie entraînera «une baisse de plus de 60%, en 2020, des revenus européens par chambre disponible», qui ne devrait pas pouvoir retrouver les niveaux précédemment enregistrés, au moins jusqu'en 2023, contrairement à la cela s'est produit, par exemple, avec la grippe porcine, avec la récupération des hôtels en moins de deux ans.

Les tarifs des chambres devraient baisser en moyenne de 5% car, face à la demande, une guerre des prix ne garantirait pas, à terme, un bénéfice plus important pour les hôtels.

En revanche, la dévaluation des prix tend à détériorer l'image et la compétitivité de la marque, selon l'agence.

Les estimations de Fitch Ratings indiquent une reprise progressive à partir de 2021, mais le RevPAR restera de 15% inférieur aux niveaux de 2019.

En 2022, avant la reprise complète, les revenus par chambre devraient être inférieurs de 5% à ceux de 2019.

"Le développement d'un vaccin sans précédent et de mesures de relance sociales, fiscales et monétaires devraient contribuer à accélérer la demande et la reprise dans le secteur", a-t-il noté.

L'analyse de Fitch a également révélé que le tourisme intérieur figurait parmi les préférences des voyageurs pour 2020, le tourisme rural et surtout régional devant compenser la baisse des arrivées internationales.

En ce qui concerne l'hébergement, l'agence estime que les touristes préféreront les locations privées et les établissements de plein air, comme les campings, compte tenu de la possibilité d'assurer une distance sociale, atténuant ainsi le risque de contagion par covid-19.

Les grands groupes disposeront de plus de ressources pour assurer la propreté des installations et offrir des options d'isolement social.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 416 000 morts et infecté plus de 7,3 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 504 personnes sur les 35 910 confirmées infectées sont décédées, selon le bulletin publié aujourd'hui par la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PE // PNG