Les certificats de vaccination et de récupération délivrés par des pays tiers sont désormais reconnus pour les voyages en avion, un test négatif et une quarantaine ne sont plus requis le cas échéant en fonction de leur origine, a annoncé aujourd’hui le gouvernement.

« Dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie de la maladie covid-19 appliquées au trafic aérien, le Gouvernement a déterminé que les certificats de vaccination et de récupération délivrés par les pays tiers seront reconnus, dans des conditions de réciprocité et sous réserve qu’ils répondent à certaines exigences, dont les titulaires se sont vu administrer des vaccins approuvés par l’Agence européenne des médicaments (Janssen, AstraZeneca, Moderna, Pfizer) », précise-t-il dans une note aux médias.

Dans ces cas, précise le Gouvernement, « il n’est plus tenu de présenter un test avec un résultat négatif au moment de l’embarquement ou de l’entrée sur le territoire national des citoyens de ces pays, qui sont également dispensés de se conformer à la quarantaine lorsqu’elle est applicable. en raison de l’origine respective ».

À l’exception des États membres de l’Union européenne et des pays associés à l’espace Schengen, le Brésil, les États-Unis, le Royaume-Uni et les pays et régions administratives dont la situation épidémiologique est conforme à la recommandation (UE) 2020/912 du Conseil , 30 juin 2020 — dont la liste comprend désormais l’Uruguay et exclut l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Brunei, le Japon et la Serbie.

Seuls les voyages essentiels à destination et en provenance d’autres pays tiers sont autorisés, selon le gouvernement.

Les déplacements essentiels sont notamment ceux destinés à permettre aux citoyens de transiter ou d’entrer au Portugal pour des raisons professionnelles, d’études, de regroupement familial, pour des raisons de santé ou pour des raisons humanitaires.

« Tous les citoyens souhaitant se rendre au Portugal par avion, à l’exception des enfants de moins de 12 ans, doivent présenter le Certificat numérique covid UE ou le certificat de vaccination ou de récupération délivré par des pays tiers et dont la validité est désormais reconnue », précise-t-il dans une note.

Alternativement, ils doivent présenter la preuve d’avoir effectué un test de laboratoire moléculaire par RT-PCR ou un test rapide d’antigène avec un résultat négatif, effectué dans les 72 ou 48 heures avant le moment de l’expédition, respectivement.

A cet effet, seuls les tests antigéniques rapides figurant sur la liste commune de dépistage de la maladie covid-19 agréés par le comité de sécurité sanitaire de l’Union européenne sont autorisés, et le justificatif doit indiquer, obligatoirement, l’identification du citoyen, le type et nom date du test, fabricant, date, heure et lieu (y compris le pays) de collecte, résultat du test, autorité de délivrance et numéro d’authentification.

Les passagers dont les tests ou justificatifs ne satisfont pas aux exigences susmentionnées doivent subir un nouveau test à leur entrée sur le territoire continental, à leurs frais, en attendant dans un lieu approprié, à l’intérieur de l’aéroport, jusqu’à ce que le résultat soit notifié, souligne le gouvernement.

Il rappelle également que les compagnies aériennes ne devraient autoriser les passagers à embarquer sur des vols avec destination ou escale au Portugal continental que sur présentation, au moment du départ, du certificat numérique UE Ccvid ou d’un certificat délivré par un pays tiers dûment reconnu, ou d’un résultat de test négatif, en vertu peine d’infraction administrative passible d’une amende de 500 à 2 000 euros par passager.

Les mesures approuvées sont également applicables à l’embarquement et au débarquement des passagers et de l’équipage des navires de croisière dans les ports situés sur le territoire national continental.

Ces mesures sont en vigueur jusqu’au 30 septembre 2021 à 23h59 et peuvent être révisées à tout moment en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

HN // MSF Lusa/Fin