Dans son intervention dans le débat parlementaire sur le renouvellement de l’état d’urgence en raison de la pandémie de covid-19, le leader parlementaire BE, Pedro Filipe Soares, a répété à plusieurs reprises que dans la lutte contre la pandémie «le pays s’est conformé, mais le Le gouvernement échoue », accusant l’exécutif« d’échouer avec le soutien pour protéger les personnes et la capacité économique existante »et de« naviguer en vue ».

«Maintenant que la lumière est vue au bout du tunnel de confinement, le gouvernement reste derrière. On apprend à connaître le manque de plans de définition des autres pays, le phasage des mesures ou les grilles de risques, mais du côté du gouvernement portugais il n’y a pas de stratégie, il n’y a pas de plan », a critiqué le bloqueur.

Considérant que «le gouvernement pourrait faire beaucoup mieux», Pedro Filipe Soares a fait valoir que les priorités actuelles sont «de vacciner et de tester dur, de récupérer l’activité programmée qui a été suspendue au Service national de santé, d’ouvrir progressivement les écoles en commençant par les la communauté scolaire et vacciner les enseignants et les non-enseignants, soutenir sans bureaucratie ni retard ceux qui ont perdu leurs revenus et récupèrent les emplois perdus, lutter contre la croissance des inégalités et de la pauvreté, aider à la reprise économique grâce à l’investissement public ».

Selon le CDS-PP, le député João Gonçalves Pereira a estimé que «le gouvernement a assumé la gravité de la situation et le pays a réagi à cette gravité», de sorte que les mesures adoptées «ont un effet», et a averti qu ‘«il est inutile de continuer à ignorer les conséquences dramatiques que cette pandémie aura sur le tissu social et commercial portugais », refusant que« le soi-disant bazooka européen ait la marge de manœuvre ou la force de reconstruire un pays déjà penché ».

«Que ce soit clair, lorsque la planification est demandée, non seulement nous ne nous précipitons pas ou ne demandons pas le manque de définition, mais nous organisons ce qui doit être le processus du manque de définition. Ce sont des choses différentes, chacune en son temps », a souligné le député CDS-PP João Gonçalves Pereira.

Pour le CDS, «il sera urgent de protéger la classe moyenne des difficultés fiscales», ainsi que de «repenser l’économie de marché, de protéger les industries» et de «faire en sorte que la libre entreprise reste libre, à la fois des excès de l’État et des grandes monopoles externes ».

Le député du CDS-PP a également demandé la capture de «l’investissement pour relancer l’économie», et a attiré l’attention sur la «pérennité du secteur financier», arguant qu ‘«il sera fondamental de relancer le moteur de l’économie et de garantir les Portugais. les conditions des entreprises au financement et au retour de l’activité ».

Le porte-parole du PAN, André Silva, a soutenu que le nombre de nouveaux infectés et l’indice de transmissibilité « sont bons » mais « ne permettent pas le manque de définition pour l’instant ».

«À l’heure actuelle, ce n’est pas le moment d’abaisser les restrictions, il est temps de continuer à sauver des vies, de préparer des plans de déconflation rigoureux et progressifs, de continuer à atteindre les objectifs du plan de vaccination et de fournir une réponse solide aux enjeux sociaux et crise économique », a souligné le député, demandant que cette planification soit planifiée« non seulement au siège du Conseil des ministres »mais aussi avec les parties».

La députée non-inscrite Cristina Rodrigues a défendu qu ‘«il est nécessaire de tenir un débat urgent sur les conditions de manque de définition», ayant également alerté sur les conditions des étudiants universitaires internationaux étudiant au Portugal, et sur la situation des Portugais au Brésil Brésiliens au Portugal sans possibilité de rentrer dans leur pays.

Le parlement a autorisé aujourd’hui le renouvellement de l’état d’urgence jusqu’au 16 mars pour permettre des mesures de contenir le covid-19, avec des votes favorables du PS, du PSD, du CDS-PP et du PAN.

La députée non inscrite Cristina Rodrigues a également voté pour. BE s’est à nouveau abstenu et le PCP, PEV, Chega, Initiative libérale et la députée non inscrite Joacine Katar Moreira ont maintenu leur vote contre ce cadre légal, qui permet la suspension de l’exercice de certains droits, libertés et garanties.

FM (SMA) // SF

Le contenu de Covid-19: BE, CDS-PP et PAN demandent au gouvernement de définir un plan de déconfination apparaît en premier dans Visão.