« C’est avec grand plaisir que nous voyons la fin des tests obligatoires et des certificats numériques pour entrer dans les bars et les clubs et nous espérons qu’il sera déjà promulgué pour être en vigueur ce week-end », a déclaré le président de l’association, Ricardo Tavares, à Lusa, en une référence à la fin des mesures de lutte contre la pandémie approuvées aujourd’hui par le Conseil des ministres.

Ricardo Tavares a souligné que les deux dernières années, coïncidant avec la pandémie, ont été « très difficiles » pour ce secteur, qui a été complètement fermé pendant 19 mois consécutifs, et a demandé que le gouvernement mène maintenant une « campagne massive » pour promouvoir le Portugal à l’étranger, pour que le tourisme revienne aux niveaux d’avant 2020, pour que les bars et clubs se remettent dans les cinq prochaines années de l’impact de cette crise et puissent encore vivre « une folle vingtaine ».

Actuellement, « il y a déjà quelques clients étrangers » dans les bars et les clubs, « mais rien de comparable avec les niveaux d’avant la pandémie », a-t-il dit, estimant que les touristes représentent aujourd’hui 5% du nombre qu’il y avait avant le covid-19.

« Il faut une campagne massive de Turismo de Portugal pour que les gens reviennent et aient confiance dans la nuit. Et aussi regagner la confiance des Portugais dans la nuit. La nuit est sûre », a insisté le président de l’Association portugaise des bars et discothèques, pour qui au cours de ces deux années l’idée a été créée, avec des mesures spécifiques visant le secteur, que « le virus était nocturne » et ne circulait que dans les bars et club. .

Ricardo Tavares a dit espérer que le gouvernement appellera les associations de ce secteur « dans les prochains jours » pour « négocier » une campagne de promotion du Portugal.

Il a également défendu un « soutien musclé aux entreprises qui subsistent » et qui « devront exister », après ces deux années, pour que les entreprises puissent « réinventer leurs métiers » et retrouver le dynamisme qu’elles avaient avant 2020.

Les bars et clubs ont rouvert le 14 janvier, après avoir fermé pendant trois semaines dans le cadre des mesures de confinement pandémique, avec des clients sans dose de rappel du vaccin covid-19 ou sans certificat de guérison de la maladie devant présenter un test négatif à Entrer.

Selon Ricardo Tavares, ces dernières semaines, depuis le 14 janvier, « ont été très difficiles » car les règles d’entrée dans les bars et les clubs ont aliéné les clients potentiels et, d’autre part, forcé « plus d’investissements » de la part des entrepreneurs, qui a dû embaucher des gens pour faire des tests d’entrée et acheter des kits de test.

Les bars et clubs avaient rouvert en octobre pour la première fois depuis le début de la pandémie au Portugal, après 19 mois arrêtés, et entre octobre et décembre, pour entrer dans ces espaces, il fallait présenter un test antigène ou PCR négatif ou une attestation de récupération de la peau covid-19, même dans le cas de personnes vaccinées.

Le Covid-19 a causé au moins 5 836 026 décès dans le monde depuis le début de la pandémie, selon le dernier bilan de l’Agence France-Presse.

Au Portugal, depuis mars 2020, 20 666 personnes sont décédées et 3 131 899 cas d’infection ont été enregistrés, selon la dernière mise à jour de la direction générale de la santé.

La maladie respiratoire est causée par le coronavirus SARS-CoV-2, détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

MP (RCP) // MCL