Dans un communiqué, le président et la cellule de crise covid-19 de l’Ordre des médecins (OM) réitèrent la nécessité de reformuler les lignes jaune et rouge au niveau régional et national, proposant notamment des limites de 7,5% et 15 % de capacité actuelle de lits en soins intensifs à partir de laquelle le réseau de transfert doit être activé.

L’OM met également en garde contre la « non-application de critères clairs, cohérents et uniformes dans le contrôle aux frontières », notamment pour les passagers en provenance des zones à risque, et rappelle la nécessité d’étendre le calendrier de vaccination à l’ensemble de la population adulte et d’être des données sont mis à disposition pour mettre à jour la matrice actuelle.

Il insiste également sur l’idée de la matrice combinant, entre autres, « critères d’incidence, de transmissibilité et de gravité ».

« Ce n’est qu’avec ces données qu’il sera possible de définir de nouvelles zones à risque et de soutenir les mesures d’intervention, comme quand et où utiliser le CDC [Certificado Digital Covid]», estime l’Ordre des médecins.

Quant à la vaccination, réitère la nécessité d’ouvrir des centres dans les hôpitaux le week-end, afin de permettre également une vaccination plus sûre des personnes à risque accru d’effets indésirables.

Dans la note, l’OM souligne l’importance de réaliser des tests de diagnostic chez toutes les personnes symptomatiques, y compris les personnes vaccinées, les jeunes et les enfants, ainsi que des dépistages approfondis et facilement accessibles avec le résultat transféré sur le Certificat numérique COVID (CDC).

Il renforce également la nécessité de se conformer aux exigences du Centre européen de contrôle des maladies en matière de séquençage génomique, avec l’identification en temps opportun de nouvelles variantes et de prévalence dans la population, et le besoin urgent de renforcer les ressources de santé publique « pour éviter des retards de plus de 24 heures pour mener des enquêtes épidémiologiques et identifier les contacts à haut risque ».

L’Ordre évoque également la possibilité d’utiliser les CDC chez les vaccinés, récupérés et testés (que ce soit avec des tests PCR ou un test rapide d’antigène) pour permettre l’accès à des événements, par exemple familiaux, culturels ou sportifs, « avec garantie de certification par l’entité émettrice, facilité d’inspection et sans compromettre le respect des mesures de prévention ».

Dans le communiqué, l’OM souligne également la nécessité de créer un cadre juridique pour une urgence sanitaire « qui contextualise et préserve les interventions de santé publique ».

Enfin, le président de l’Ordre des médecins et du bureau de crise du Covid-19 réitèrent l’appel au respect des mesures de prévention et de contrôle de la pandémie, notamment l’utilisation de masques, l’hygiène des mains et la distanciation sociale.

« Vacciner, traquer, séquencer, certifier et anticiper sont les étapes décisives pour que le Portugal gagne la pandémie », écrit l’Ordre.

SO // SB