Le Premier ministre, António Costa, a déclaré cet après-midi qu' »une grave erreur a manifestement été commise » sur la solution aéroportuaire pour la région de Lisbonne, mais qu' »elle a été rapidement corrigée » et que « les orientations du gouvernement ont été rétablies ». Quant à Pedro Nuno Santos, il garantit que « la confiance est entièrement rétablie ».

« Les orientations du gouvernement sont que le pays a un besoin urgent d’augmenter la capacité aéroportuaire dans la région de Lisbonne, ce qui est une décision qui traîne depuis de nombreuses décennies et nécessite un large consensus national, qui nécessite un dialogue avec l’opposition », à savoir le président de la PSD, il attendra donc le congrès qui aura lieu ce week-end et qui marquera le début des fonctions du nouveau dirigeant, Luís Montenegro.

Costa a déclaré que ce processus doit être accompagné par le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, et que le gouvernement veut le tenir « informé de la politique étrangère et intérieure du pays ». Dans ce sens, Costa confirme qu’il s’entretient depuis hier avec Marcelo sur ce sujet au nom de « l’unité nationale » et de l’alignement des institutions.

« Le ministre [Pedro Nuno Santos] tu as déjà reconnu ton erreur, c’est corrigé, c’est pour passer à autre chose », a-t-il résumé. Costa considère que plus important que la manière dont l’erreur a été commise, c’est de savoir que des solutions ont déjà été trouvées : « L’ordre a déjà été révoqué et nous savons que nous devons travailler avec l’opposition afin de trouver une solution solide à partir d’un point de vue politique, technique, environnemental et économique », a-t-il déclaré.

Interrogé sur la conversation avec le titulaire du portefeuille des Infrastructures, le premier ministre l’a qualifiée de « franche et éclairante » avec un collègue avec qui il travaille depuis sept ans et qu’il connaît depuis encore plus longtemps. « Je suis sûr qu’il n’a pas agi de mauvaise foi et qu’il a bien compris l’erreur qu’il a commise. Il a eu l’humilité de l’admettre publiquement et de le corriger. La confiance est entièrement restaurée. Et j’espère qu’il n’y aura plus d’erreurs », a-t-il déclaré.

Pedro Nuno Santos avait annoncé plus tôt qu’il restait au gouvernement même après être entré dans une trajectoire de collision avec António Costa. Plusieurs partis d’opposition ont déjà demandé la démission du ministre après avoir approuvé une ordonnance annulée par António Costa moins de 24 heures plus tard.

«Je voulais regretter toute cette situation. Créé à la suite d’erreurs de communication au sein du Gouvernement, du fait de ma responsabilité. J’ai voulu assumer devant mes collègues du Gouvernement, le Premier Ministre et le Président de la République. Ces échecs ont eu des conséquences et ont provoqué cette situation. Des défauts que je regrette profondément », a-t-il commencé par dire.

« Nous avions un objectif précis avec le Premier ministre » de « recherche active du consensus », mais cela a échoué, a-t-il assumé. « J’assume une faille pertinente, mais cela ne ternit pas le travail déjà long avec le Premier ministre, un long cheminement », a-t-il dit, rappelant les années du machin et la majorité absolue obtenue aux dernières élections.