Le leader socialiste s’est rendu dans la deuxième ville la plus ancienne du district de Porto pour soutenir le candidat à l’autorité locale, Paulo Araújo Correia, où il a entendu une femme âgée dire qu’elle « souffre pour Penafiel » et « aime tellement Penafiel ».

« Monsieur le Premier ministre, n’oubliez pas Penafiel », a déclaré la femme en pleurant.

Costa était assis à une table sur une terrasse de la ville, à des dizaines de mètres du bâtiment de la municipalité qui fuit le PS depuis 20 ans. Et il s’est même entretenu avec l’ancien président de la chambre socialiste, Agostinho Gonçalves.

Le leader PS a regardé le partisan, qui l’a salué, et a rappelé que les travaux de connexion du siège du comté à Rans, dit IC35, promis il y a des décennies par les gouvernements successifs, vont déjà avancer et que le reste de la connexion, jusqu’à Entreos. -Rios, est garantie de financement dans le Plan de Relance et de Résilience (PRR).

« A partir de dimanche, Penafiel ira encore mieux », a-t-il déclaré, faisant allusion à la volonté de changement chantée avec des slogans par les militants.

Costa a été reçu dans la ville par des centaines de personnes, dans un environnement de campagne, dans un conseil dirigé par une coalition PSD/CDS, où le maire, le social-démocrate Antonino Sousa, se porte candidat pour un troisième et dernier mandat.

Le leader socialiste s’est entretenu avec Vitorino Silva, dit Tino de Rans, ancien candidat à la présidentielle, né dans ce comté, et leader du parti RIR, qui s’est associé au PS dans ces collectivités locales de Penafiel.

Vitorino Silva a déclaré que Costa était confiant dans la victoire, déclarant qu’à partir de dimanche, avec la direction de Paulo Araújo Correia, « Penafiel vivra en liberté et tout le monde sera traité sur un pied d’égalité ».

« A Penafiel nous aurons toute liberté, ni plus, ni moins », a promis le chef du RIR

L’ancien candidat à la présidentielle a offert au secrétaire général socialiste un exemplaire de son cinquième livre et premier roman intitulé « La… corde pour la vie », un hommage, a-t-il dit, à ses parents.

Costa a également signé le livre d’honneur à la confiserie Alvorada, l’une des plus anciennes de la ville, où il a bu du café, accompagné de José Luís Carneiro, secrétaire général adjoint du PS et Manuel Pizarro, chef du district de Porto, en plus de le candidat.

Dans le livre, le leader socialiste a noté, avec un grand sourire, la signature du socialiste Manuel Alegre, lorsque le poète a été honoré en 2009, au festival littéraire Escritaria.

Le candidat Paulo Araújo Correia a déclaré à Lusa que c’était un « honneur, une fierté et un privilège » d’avoir António Costa soutenant sa candidature.

« C’est aussi une volonté de changement. Nous devons changer la page de la gouvernance de droite à Penafiel, pour mieux vivre à Penafiel », a-t-il ajouté.