1-1-e1669908198824-png
costa-met-en-garde-contre-quatre-annees-difficiles-et-promet

Costa met en garde contre quatre années difficiles et promet de promouvoir l’harmonie dans le pays

Cette ligne d’action a été véhiculée par António Costa à la fin de la session évocatrice de sept ans de gouvernements socialistes dirigés par lui, qui s’est tenue à la gare fluviale de Terreiro do Paço, à Lisbonne.

« Nous avons encore quatre années devant nous – et quatre années qui seront difficiles et très exigeantes, où année après année nous devrons faire ce que nous faisons ici aujourd’hui : être responsables, car les Portugais ne nous ont pas écrit un chèque en blanc », a-t-il déclaré, dans une allusion au cadre politique actuel d’une majorité absolue du PS.

Au contraire, selon le Premier ministre, les Portugais ont attribué au PS « un mandat d’une énorme responsabilité – une responsabilité que le parti doit remplir, assumer et traduire en résultats ».

« Nous gouvernons à la majorité, mais en 2023 nous marquerons les 50 ans de la fondation du PS. Nous devons nous souvenir de notre ADN. Dans notre ADN se trouve une expression avec laquelle Mário Soares a défini le PS : C’est le parti de la concorde nationale. Par conséquent, notre majorité respecte et coopère en solidarité avec les autres corps souverains », a-t-il souligné.

António Costa a également déclaré que le PS « cohabite bien avec les autonomies régionales et a renforcé la décentralisation » pour les municipalités.

« Ce n’est pas parce que nous sommes majoritaires que nous ne dialoguons pas avec ceux de l’Assemblée de la République qui veulent dialoguer avec nous. Par conséquent, lors du processus budgétaire 2023, nous avons approuvé plus de propositions de l’opposition que la majorité précédente. [PSD/CDS] l’avait approuvé en quatre ans », s’est-il défendu.

Le secrétaire général du PS a évoqué dans ce contexte les abstentions du Livre et du PAN dans le Budget, prônant que « ce n’est pas parce qu’ils ont un député chacun » qu’ils peuvent être dévalorisés, « parce que les partis ne se mesurent pas au nombre de députés, mais par leur capacité à faire des propositions positives ».

« En plus du dialogue parlementaire, il est plus important que jamais, même pour générer la confiance en ces temps incertains, d’approfondir le dialogue social », a déclaré António Costa.

Le Premier ministre a ensuite évoqué le récent accord de concertation sociale sur les revenus, les salaires et la compétitivité pour les quatre prochaines années.

« Nous avons également conclu un accord avec la fonction publique, qui assure à chacun une perspective d’évolution pluriannuelle, garantissant la valorisation des carrières et une trajectoire d’amélioration des revenus. C’est le PS qui veut la concorde nationale et donc exercera sa majorité dans le dialogue à l’Assemblée de la République et dans les négociations avec les partenaires sociaux », a-t-il ajouté.

PMF // RBF

Articles récents