1-1-e1669908198824-png

Costa admet que la mort d’une femme enceinte était une « dernière goutte »

«Pour quiconque a été ministre de la Santé dans une période aussi difficile que celle à laquelle nous avons dû faire face au cours de ces deux premières années de la pandémie, pour toutes ces raisons, je comprends que quelqu’un établit comme ligne rouge l’existence de décès dans un processus qui a lieu dans les services qui sont sous tutelle », a répondu António Costa aux journalistes après une déclaration aux médias sur la démission de Marta Temido, dans la cour du palais S. Bento.

Il a été demandé au Premier ministre si cette demande de quitter le gouvernement était liée au décès d’une femme enceinte qui a été transférée de l’hôpital de Santa Maria à l’hôpital São Francisco Xavier, après avoir admis que cette affaire « était une goutte d’eau ».

« Quant au programme, c’est simple. C’est l’heure à laquelle on a réussi à parler, l’heure à laquelle j’ai réussi à parler avec le président de la République parce qu’on n’allait pas rendre publique la nouvelle sans donner au préalable, comme il se doit, une information au président de la République », a-t-il répondu, interrogé sur les raisons pour lesquelles la démission a été annoncée à l’aube.

Admettant qu’il ne comptait pas sur cette démission, António Costa a déclaré que « le Premier ministre doit toujours être préparé » à l’idée qu' »il y a un membre du Gouvernement qui cesse d’être ».

« Maintenant, si vous pensiez que le Dr Marta Temido allait quitter le gouvernement ? Non, je ne pensais pas. »

Le Premier ministre a tenu à souligner qu' »être membre du Gouvernement est très exigeant et il y a des portefeuilles où l’exercice de ces fonctions est particulièrement épuisant, d’un point de vue personnel, d’un point de vue émotionnel ».

Concernant les noms pour remplacer Marta Temido, António Costa a été catégorique : « non, je n’y ai pas encore pensé ».

Outre les questions d’ordre du jour qui rendront ce processus de remplacement pas rapide, le chef de l’exécutif a ajouté qu’il existe un dossier sur le diplôme de création de la direction exécutive du SNS.

« Il était très important que l’actuel ministre le présente encore en Conseil des ministres pour que nous n’ayons plus de retard dans l’homologation de ce diplôme qui est une pièce maîtresse du renforcement du SNS. Même le président de la République, lorsqu’il a promulgué le statut, a dit qu’il était très important maintenant de ne pas perdre de temps dans sa mise en œuvre. Je voudrais ne pas perdre de temps », a-t-il justifié.

L’Inspection générale des activités de santé (IGAS) a ouvert une enquête sur le décès d’une femme enceinte transférée de l’hôpital de Santa Maria à l’hôpital São Francisco Xavier, a annoncé l’organisation dans un communiqué.

«Il a été décidé d’initier une inspection du transfert d’une utilisatrice enceinte de l’hôpital de Santa Maria, intégré au Centro Hospitalar Universitário Lisboa Norte, EPE, à l’hôpital de São Francisco Xavier, intégré au Centro Hospitalar de Lisboa Ocidental, EPE, par une prétendue inexistence d’un poste vacant dans le service de néonatologie de la première unité hospitalière à admettre le bébé lorsque l’accouchement a été provoqué », a déclaré l’IGAS.

JF (JGO) // JPS

Articles récents