1-1-e1669908198824-png

COP27 : le Portugal est en mesure d’anticiper la neutralité carbone jusqu’en 2045, annonce Costa (avec audio)

António Costa a fait part de cette position lors du premier de ses deux jours de présence à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), qui se tiendra à Charm el-Cheikh, en Égypte, jusqu’au 18.

Le Premier ministre, dont le discours d’ouverture avant la COP27 est prévu mardi en fin de matinée, a prévu non seulement de réaffirmer les objectifs environnementaux assumés par le pays en 2016, à Marrakech, mais aussi de se préparer à « annoncer les nouveaux objectifs », auxquels le Portugal a abouti. de la loi sur le climat votée à l’Assemblée de la République.

« L’objectif n’est pas seulement d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 – et nous avons été le premier pays au monde à atteindre cet objectif lors de la COP à Marrakech [em 2016] – mais aussi, comme le prévoit la loi, d’étudier et de tout faire pour porter ce résultat à 2045 », a-t-il déclaré.

Selon le chef de l’exécutif portugais, le pays est en mesure d’assumer ce nouvel objectif, puisque, dans un premier temps, il a réussi à fermer ses centrales à charbon en deux ans ».

« Le fait que nous accélérions l’ensemble de la transition énergétique et que nous ayons une politique soutenue d’investissements dans les transports publics urbains et ferroviaires à l’échelle nationale crée de bonnes conditions pour que cela se produise », a-t-il ajouté, avant de faire un troisième facteur en termes de transition énergétique.

António Costa a ensuite souligné que le Portugal « a défini une stratégie nationale pour l’hydrogène qui va aider l’industrie, jusqu’à aujourd’hui très dépendante du gaz naturel ».

« L’industrie pourra disposer d’une source d’énergie alternative. Ce sera déterminant pour que cette transition soit réussie et pour qu’à terme, nous cessions d’être importateurs d’énergies fossiles et puissions être exportateurs d’énergie verte », a-t-il soutenu.

Dans une allusion au récent accord avec l’Espagne et la France pour l’existence d' »un corridor vert » en matière d’interconnexions énergétiques dans l’Union européenne, le chef de l’exécutif a déclaré que, suite à cet engagement politique, « une étape fondamentale » a été franchie. .

« Tous les efforts que nous faisons sont très importants pour que nous réussissions et que nous puissions anticiper au maximum » l’objectif de neutralité carbone, a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, António Costa a ensuite laissé une critique de la manière dont cet objectif est atteint par certains pays dans le monde.

« Si certains n’anticipent pas, compte tenu de la lenteur avec laquelle d’autres avancent, il sera plus difficile d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris », de 2015, a-t-il ajouté.

A la question de savoir si le gouvernement portugais regrette la fermeture des centrales au charbon, compte tenu de la crise énergétique actuelle aggravée par l’intervention militaire russe en Ukraine, le chef de l’exécutif a rejeté cette perspective.

« Ce qui a été démontré, c’est que plus on s’orientera vers les énergies renouvelables, moins on sera dépendant des tiers. Nous serons également moins dépendants de la volatilité des marchés internationaux par rapport au gaz », a-t-il répliqué.

António Costa a même soutenu que, si les prix de l’électricité au Portugal sont actuellement comparativement inférieurs à la moyenne européenne, « c’est parce que 60 % de l’énergie actuellement consommée provient de sources renouvelables ».

« Par conséquent, l’objectif que nous nous sommes fixé d’atteindre la fin de la législature [2026] 80% de l’énergie consommée étant renouvelable. La solution ibérique, qui évite une contamination excessive du prix de l’électricité par le prix du gaz, fonctionne bien car nous avons un taux élevé d’énergie qui est produite à partir de sources renouvelables », s’est-il défendu.

Au contraire, dans la perspective du Premier ministre, pays qui ont un très faible taux de production d’énergies renouvelables, la solution en vigueur pour l’Espagne et le Portugal ne leur est pas appliquée « car ils ne peuvent pas en bénéficier ».

« Il arrive que les énergies renouvelables supportent le surcoût du gaz et partagent ce bénéfice avec les consommateurs », a-t-il plaidé.

Actualité mise à jour à 13h

Articles récents