Le mandat municipal qui se termine après les élections du 26 septembre a plusieurs affaires judiciaires pendantes liées aux maires, depuis l’opération « Éter », concernant la violation des procédures contractuelles de l’Autorité du tourisme de Porto, impliquant des maires du nord du pays, opération « Secret Ajustement », sur les irrégularités commises dans la Câmara de Oliveira de Azeméis, ou l’opération « Tutti Frutti », une enquête sur des prétendues faveurs de dirigeants politiques à des militants du parti, qui a conduit à des perquisitions dans les conseils paroissiaux de Lisbonne et plusieurs mairies.

Parmi les principales affaires judiciaires qui ont affecté les présidents sortants au cours des quatre dernières années figure l’affaire Selminho, dans laquelle le maire de Porto, Rui Moreira (indépendant), est accusé de malversations et risque de perdre son mandat pour, selon le Parquet (MP), ayant privilégié l’immobilier familial dans un litige avec la commune au sujet de la propriété foncière.

Le début du procès du président et candidat à la Chambre de Porto dans le cadre de l’affaire Selminho est prévu le 16 novembre, après les élections municipales.

Le président de Pedrógão Grande (Leiria), Valdemar Alves (PS), est accusé dans deux affaires : il est accusé de 11 crimes dans le cadre d’un processus qui enquête sur l’incendie qui a tué 66 personnes en 2017 et répond dans une autre affaire concernant des allégations de fraude dans les maisons reconstruit grâce aux dons.

Le maire a été élu président par le PSD en 2013, a rejoint les listes du PS comme indépendant en 2017 et le conseil socialiste a approuvé sa re-candidature pour Pedrógão aux prochaines élections, mais le nom a été rejeté par le district, donc Valdemar Alves ne sera pas re -candidat.

Le maire de Borba (Évora), António Anselmo (MUB – Movimento Unidos por Borba), sera jugé pour cinq chefs de meurtre dans l’affaire du glissement de terrain de la carrière qui a entraîné la route municipale 255, le 19 novembre 2018, faisant perdre la vie à cinq personnes : deux ouvriers d’une entreprise d’extraction de marbre dans la carrière et trois hommes qui suivaient dans deux voitures sur la route qui s’est effondrée.

António Anselmo est président de Borba depuis 2013 et pourrait briguer un dernier mandat en septembre, mais il n’a pas encore annoncé s’il le ferait.

Il y a environ deux ans, la PJ a lancé une opération qui a démêlé « un réseau » d’influences politiques pour faire pression sur des maires et des fonctionnaires publics pour qu’ils embauchent cinq entreprises appartenant à la famille de Joaquim Couto (PS), président de la ville de Santo Tirso (Porto) Conseil, qui a ensuite été détenu, a finalement démissionné de ses fonctions.

Dans « Operação Teia », le président de Barcelos (Braga), Miguel Costa Gomes (PS) a également été arrêté, accomplissant le troisième mandat, qui gérait la municipalité depuis son domicile, avec un bracelet électronique, mais a été libéré entre-temps, avec durée d’identité et de résidence.

En avril, Conceição Cabrita (PSD), alors présidente de Vila Real de Santo António (Faro), a été arrêtée dans le cadre de l’« Opération Triangle » pour suspicion de corruption en raison d’une transaction immobilière à Monte Gordo.

Conceição Cabrita, qui avait déjà annoncé qu’il ne renouvellerait pas sa candidature, a entre-temps démissionné, dans l’attente de l’issue d’un procès pour « crime de corruption passive d’un titulaire de mandat politique et de « crime de prévarication d’un titulaire de mandat politique ». fonction politique ».

Un voyage à Istanbul, en 2015, payé par une entreprise qui fournit du matériel informatique aux autorités locales, a conduit à une enquête du député sur une trentaine de maires et hommes d’affaires, dont le président et le vice-président de Penamacor.

António Beites Soares, le président et candidat socialiste aux prochains conseils municipaux, et son vice-président, Manuel Robalo, vont être jugés pour « avantage indu », après qu’un tribunal de Coimbra a annulé une décision du tribunal de Fundão, qui a d’abord décidé de ne pas traduire en justice les deux maires.

Le 2 juin, le député a accusé 13 autres personnes, dont six maires, dans le cadre de ce processus, demandant au président de la Chambre d’Amares, Manuel Moreira (annoncé par le PSD d’être re-candidat pour un troisième mandat) , ), le vice-président de Famalicão et un conseiller de Vizela.

En octobre 2020, le président de Montalegre, Orlando Alves (PS), et le vice-président, David Teixeira, ont été accusés par le député de redressements directs d’entreprises familiales à Orlando Alves, de l’ordre de cinq millions d’euros, dans l’ordre de recherches effectuées trois mois plus tôt.

En mars dernier, le député s’est montré plus concret et a accusé les deux maires de malversation pour avoir acquis, en 2015, un panneau publicitaire LED par l’intermédiaire d’un homme d’affaires local, également prévenu, qui n’a pas vendu ce type de matériel, mais a décidé de l’acheter à un entreprise spécialisée pour 28 500 € puis la livrant à la commune pour 35 055 €.

José António Jesus et Pedro Adão, actuel président et vice-président de la municipalité de Tondela, sont jugés pour des délits de détournement de fonds et de faux en écriture, qui auraient été commis entre 2010 et 2017.

Les deux maires, selon le député, auront perçu des indemnités pour les déplacements effectués en véhicules privés, alors qu’en réalité ils auront utilisé les véhicules de la commune.

L’ancien président de la Chambre des gardes Álvaro Amaro (PSD) a appris il y a quelques jours qu’il n’allait pas être jugé pour des irrégularités présumées dans le financement de l’événement « Guarda Folia » en 2014 avec des fonds communautaires, à la suite d’une décision de la Cour des gardes.

Dans cette affaire, le député avait également accusé et demandé l’actuel président, Carlos Chaves Monteiro (candidat du PSD annoncé à l’autarcie cette année), qui a remplacé Álvaro Amaro lorsqu’il a été élu député européen, en mai 2019, de perdre son mandat. vous ne serez pas jugé non plus pour cette affaire.

Presque simultanément à son départ pour Strasbourg, en quittant la Chambre des gardes, Álvaro Amaro a été désigné comme accusé dans l’affaire « Route finale », pour suspicion de corruption, trafic d’influence, malversation, abus de pouvoir et participation économique aux affaires, au sein de la portée d’une « enquête visant à clarifier les conditions dans lesquelles le Groupe Transdev a obtenu des contrats et des compensations financières avec les collectivités locales du nord et du centre du pays ».

En mai 2020, Álvaro Amaro était également l’un des maires mis en cause par le député dans un processus d’attribution de contrats de partenariat public-privé (PPP) à une entreprise de construction pour la construction d’équipements, entre 2007 et 2011, qui auraient été préjudiciables à la municipalités de Trancoso, Alcobaça, Sabugal et Gouveia.

Parmi les maires accusés dans cette législature, au moins deux ont déjà été condamnés : le maire de Vila Verde (Braga), António Vilela (PSD), et le maire d’Aljezur (Faro), José Amarelinho (PS), ont été condamnés par les tribunaux. à la perte de la fonction.

António Vilela, dans son troisième et dernier mandat, a entre-temps fait appel de la condamnation relative à un délit de malversation dans une affaire liée à un appel d’offres public et reste en fonction.

José Amarelinho a officiellement démissionné de son poste le 7 mai 2018, à la suite de la condamnation d’un procès pour licence abusive d’œuvres en 2015, interrompant le troisième mandat.

Dans le cas de Luís Correia (PS), de Castelo Branco, la perte de mandat décidée par un tribunal administratif, pour avoir prétendument signé des contrats avec l’entreprise de son père, a été confirmée par la Cour constitutionnelle, après recours du maire, qui a quitté le Chambre.

Cependant, le processus a connu un revirement lorsqu’il a été acquitté de malversation dans la même affaire dans une affaire pénale et cette année, il a annoncé qu’il serait à nouveau candidat à un troisième mandat dans la municipalité, mais en tant qu’indépendant, après que le PS Leopoldo Rodrigues comme candidat à la mairie.

RCS // ROC

Le contenu Maires : Des dizaines de maires impliqués dans des processus sans fin en vue apparaît en premier dans Vision.