Le PAN a élu sa Commission politique permanente, l’organe le plus restreint à la gestion politique quotidienne du parti, qui compte cinq nouveaux éléments, selon des informations transmises à Lusa par une source officielle du parti.

La Commission politique permanente est élue par la Commission politique nationale (la plus haute instance de direction politique entre les congrès) et est composée de sept éléments – le porte-parole du parti, le leader parlementaire et cinq éléments de la liste la plus votée parmi les membres de la Commission politique nationale. Commission.

La Commission politique nationale, élue dimanche en congrès, s’est réunie le même jour pour prendre ses fonctions et élire la Commission politique permanente.

Outre Inês Sousa Real et Bebiana Cunha (porte-parole et leader parlementaire), le député et vice-président du groupe parlementaire, Nelson Silva, (qui a remplacé l’ancien porte-parole, André Silva, à l’Assemblée de la République), Marta Correia ( militant de la cause animale et membre du PAN de ce 2018), Paulo Vieira de Castro (député municipal à Vila Nova de Gaia), Rafael Pinto (porte-parole du district pour Braga) et Tânia Mesquita (membre de ce 2017 et militant des droits des animaux), selon aux informations fournies à Lusa par une source officielle du parti.

Inês Sousa Real et Bebiana Cunha sont les seuls éléments de cette instance à reprendre le mandat précédent.

L’ancienne Commission politique permanente était composée de l’ancien porte-parole du parti, André Silva, des députés Inês Sousa Real et Bebiana Cunha, et des dirigeants Marta Dutra, Artur Alfama, Pedro Neves (porte-parole régional du PAN/Açores) et Rui Prudence.

Selon les statuts approuvés par le VIIIe Congrès du PAN, qui s’est tenu ce week-end à Tomar, arrondissement de Santarém, il appartient à cet organe d’« assurer la gestion administrative et la direction quotidienne du parti », « de coordonner les travail entre les représentations parlementaires nationales et européennes et régionales », exécuter les délibérations de la Commission politique nationale, « suivre la préparation et l’exécution du budget par le Secrétariat National Permanent », évaluer le rapport et les comptes et également « coordonner le Secrétariat National Permanent ”.

Le changement approuvé par les délégués et présenté par la liste des candidats à la Commission politique nationale permet également à la Commission politique permanente de « suspendre préventivement tout militant », après audition par le Conseil de discipline, lorsque la « sauvegarde de l’unité, du prestige et de la renommée de le PAN », une décision qui doit être ratifiée par la Commission politique nationale.