1-1-e1669908198824-png
leitor_5c6c2fafd9ffe_parlamento-1757587-9152786-jpg

Commandes professionnelles. Projet PS approuvé en spécialité avec modifications PSD et PCP

Comme l’a déclaré la députée socialiste Joana Sá Pereira à l’agence Lusa, il y a eu mardi une réunion de travail au cours de laquelle des votes ont été effectués sur la spécialité, des propositions d’amendements au PSD et au PCP ayant été ajoutées au projet PS, ce qui a conduit à ce que le diplôme approuvé aujourd’hui sortirait « différent ».

Ainsi, a déclaré le parlementaire, une législation plus précise a été incorporée dans le nouveau texte concernant les frais facturés pendant le stage et la possibilité de les réduire, à travers une proposition PSD et un nouvel article sur les stages professionnels rémunérés, qui était une proposition du PCP.

Quant à la question de la durée des stages, le député socialiste a précisé que la proposition du PS restait sur les 12 mois, qui pourraient être la durée la plus longue dans des cas exceptionnels, et aussi un garde-fou car il y a une obligation du droit de l’Union européenne sur certains encadrés professions qu’elles nécessitent « des étapes plus grandes », qui, a-t-il noté, « existent déjà dans la pratique ».

Quant à la nouvelle rédaction du projet PS, Joana Sá Pereira a indiqué que certains paragraphes de l’article sur les attributions des commandes ont été « clarifiés », à savoir le but de défendre les intérêts des destinataires des services.

Sur le plan des attributions, a-t-il noté, elle s’est encore densifiée dans le projet qui réglemente l’accès à la profession se limite à la reconnaissance des qualifications professionnelles et éventuellement à la réalisation du stage. Quant à la réglementation de l’exercice, le projet précise que les attributions se limitent aux matières disciplinaires et déontologiques.

Un autre des changements introduits, a mentionné le député, était l’approbation de l’existence d’un organe disciplinaire (non prévu dans la loi-cadre précédente), qui prévoit la surveillance de la performance des membres des associations professionnelles.

Le projet réglemente également la question de la liberté d’accès et d’exercice de la profession en rapport avec les activités réservées, ainsi que les actes spécifiques aux professions.

Joana Sá Pereira a souligné que le diplôme précise « très clairement » que les organismes professionnels ne peuvent pas imposer de restrictions à la liberté d’accès et à l’exercice de la profession en termes d’activités réservées et en termes d’actes spécifiques à la profession.

Concernant l’accès à la profession, que le député considérait comme « la grande devise du projet PS », la question du stage rémunéré a été maintenue, avec l’approbation de la proposition PCP qui « densifie un peu plus la question de savoir ce qu’est le stage ». à des fins de rémunération.

Le projet approuvé introduit également l’obligation pour chaque ordre professionnel « d’ouvrir au moins deux stages par an, car il y avait beaucoup d’ordres qui n’ouvraient qu’un stage par an, laissant de nombreux candidats à la profession attendre 10 et 11 mois.

Le diplôme précise également que l’inscription aux Ordres peut intervenir « à tout moment » et que la durée du stage commence à partir de cette même inscription.

« Il arrivait souvent que des stagiaires s’inscrivent à des commandes et devaient attendre », se souvient Joana Sá Pereira.

Le député a souligné que le texte final du projet était le résultat de « plus de 30 auditions » et de « plus de cinquante contributions reçues » pour la préparation du diplôme.

Articles récents