Le maire de Lisbonne a défendu aujourd’hui un « encadrement fort » du respect des vitesses de circulation automobile au lieu de réduire les limites de 10 kilomètres par heure (km/h), rappelant que la décision sera prise après consultation publique.

« Il serait beaucoup plus important d’avoir une inspection forte par rapport aux vitesses que de réellement baisser certaines vitesses », a déclaré Carlos Moedas (PSD), estimant que la réduction à 10 km/h ne résout pas la question de la non-conformité sur le partie des automobilistes.

Lors de la réunion de l’assemblée municipale, dans le cadre de l’appréciation du travail de l’exécutif municipal de ces deux derniers mois, le maire de Lisbonne a été interrogé par le député indépendant Miguel Graça (élu par la coalition PS/Livre) sur la proposition Livre qui prévoit des modifications du trafic, notamment la réduction des limitations de vitesse, auquel il a répondu que l’initiative fera l’objet d’une consultation publique, car il faut « écouter les gens ».

Miguel Graça a accusé la direction du PSD/CDS-PP à la Chambre de Lisbonne de « manque de planification » pour la construction de la ville, y compris dans le domaine de la mobilité, considérant que la mesure de gratuité des transports publics pour les résidents de moins de 23 ans et plus 65 ans « n’est pas une stratégie de mobilité ».

En réponse, le social-démocrate Carlos Moedas a rejeté les critiques sur le manque d’intervention dans le domaine de la mobilité : « Ce n’est pas vrai que nous n’avons rien fait […]. Combien de villes proposent des transports en commun ? Combien? Dis-moi combien ? »

Concernant la modification de la piste cyclable sur l’Avenida Almirante Reis, le maire PSD a justifié le retrait de sa proposition de solution provisoire en considérant que « la polarisation qui se produisait n’est positive pour personne », elle créait même « une friction sociale » . .

La députée municipale BE Isabel Pires a déclaré que cette polarisation avait été créée par Carlos Moedas lorsqu’il a pris l’engagement électoral de mettre fin à cette piste cyclable et le socialiste Rui Paulo Figueiredo a déclaré qu' »après tout, c’était une promesse que le président n’avait pas correctement étudiée ».

Dans les informations fournies à l’assemblée, le maire a souligné la 1ère édition du Conseil citoyen, indiquant que ce fut « un vrai succès », avec plus de 2 300 personnes inscrites et 50 qui ont été tirées au sort, dans lesquelles « beaucoup d’entre elles n’avaient jamais impliqué dans quoi que ce soit de politique », c’est donc un instrument qui renforce « la proximité et la capacité à travailler avec les gens ».

Pour le député indépendant Miguel Graça, qui a promu deux séances à l’assemblée sur le fonctionnement du Conseil citoyen, la 1ère édition « n’a pas été un succès ».

« Le Conseil citoyen n’a pas été un succès ici, mais il a été un succès à l’étranger », a renforcé Carlos Moedas, s’interrogeant sur la raison de cette « bulle » autour d’un instrument pour donner la parole aux gens, qui se déroule dans d’autres villes d’Europe, avec partis politiques, droite et gauche : « Est-ce si difficile, si dur à avaler ?

Des travaux de l’exécutif municipal en avril et mai, le maire a également souligné le choix de Lisbonne pour la mission de l’Union européenne des 100 villes climatiquement neutres et intelligentes d’ici 2030, le soutien aux réfugiés d’Ukraine et le « succès et la sécurité » de le retour des fêtes de la ville après deux ans d’interrègne en raison de la pandémie de covid-19, avec notamment la tenue de fêtes populaires.

SSM // MCL