Le Premier ministre a défendu aujourd’hui qu’il n’y a aucune responsabilité politique à tirer de la transmission de données aux autorités russes, regrettant l’idée lancée que la Chambre de Lisbonne est « une sorte de centre d’espionnage pour M. Poutine ».

« Je pense qu’il est très clair que ce n’était pas, comme les premières nouvelles ont essayé de le dire et de le laisser entendre, qu’il y avait eu une pratique de collaboration de la mairie de Lisbonne dans la poursuite et l’identification des opposants russes, qu’il y avait eu une dénonciation par le Conseil municipal de Lisbonne des militants russes, dénonçant aux autorités russes qui étaient les militants, donnant l’impression que la Chambre de Lisbonne était ainsi une sorte de centre d’espionnage pour M. Poutine à la poursuite de ses opposants », a-t-il déclaré.

Costa, qui s’exprimait à Bruxelles après avoir participé à un sommet des dirigeants de l’OTAN, a déclaré qu’il ne voyait pas « comment il peut y avoir une responsabilité politique pour quelque chose qui n’est que le comptoir du conseil municipal de Lisbonne ».

« Ce n’est pas une affaire sur laquelle un homme politique, à ma connaissance, a eu une quelconque intervention ou a même eu connaissance de cette affaire », a noté le Premier ministre, qui a toutefois reconnu la gravité de ce qui s’est passé, car « évidemment, toute violation de la protection des données est grave ».

Costa a souligné que « heureusement, un audit est ouvert par le maire de Lisbonne et un audit est ouvert par l’autorité compétente au Portugal, qui est la Commission nationale de protection des données ».

« Ce n’est donc pas le fait que ce soit une violation de la protection des données qui diminue la gravité, la gravité est centrée sur ce point. […] Pour le reste, s’il y a eu manquement à la protection des données, la Commission nationale de protection des données ne manquera pas forcément d’en tirer les conséquences dues » ; ajoutée.

Interrogé sur la pratique à l’époque où il présidait le conseil municipal de Lisbonne, Costa a répondu qu’il n’était pas « franchement » en mesure de répondre, car « entre 2007 et 2012, la compétence appartenait exclusivement aux gouvernements civils », puis il y a eu un période, durant laquelle il était encore président de la commune, entre 2012 et 2014, durant laquelle « la compétence a été mal transférée aux conseils communaux ».

« Mais personne ne m’a jamais soulevé ce problème, je ne me souviens pas que ce problème ait été soulevé, je ne sais pas si c’est arrivé, si ce n’est pas le cas, je suis honnête, mais ça n’a jamais été un sujet », a-t-il déclaré.

António Costa a préféré souligner que « le conseil municipal de Lisbonne a détecté la situation en avril, a corrigé la situation en avril et a déterminé l’adoption de nouvelles procédures et procède à un audit pour savoir dans combien de cas cette situation s’est produite » .

En entrant au sommet de l’OTAN, António Costa avait déjà été confronté à cette affaire par la presse, ayant déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce qu’un Allié l’interroge sur le partage de données personnelles avec Moscou – un scénario qu’il a confirmé à l’issue de la rencontre – car « personne n’a de doutes » sur le rôle du Portugal vis-à-vis de la Russie.

«Eh bien, personne ne me demandera certainement des explications sur les procédures administratives, car personne n’a de doute sur le rôle du Portugal par rapport à la Russie. Personne n’a douté quand, pendant la PREC, qui était la position que le Portugal et la majorité des Portugais ont prise, alors qu’en pleine ‘guerre froide’ il s’agissait de savoir de quel côté nous étions. C’est une question qui n’existe heureusement pas », a répondu António Costa.

Les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN se sont réunis aujourd’hui à Bruxelles pour « renforcer le lien transatlantique », relever les défis créés par la Chine et la Russie, et projeter l’avenir de l’Alliance dans un monde de « compétition mondiale », dans ce qui était le premier sommet avec la participation du nouveau président des États-Unis, Joe Biden.

Parmi les thèmes abordés par les Alliés figurait « le comportement agressif de la Russie », au moment où la polémique se poursuit au Portugal sur la transmission, par la municipalité de Lisbonne aux autorités russes, des données personnelles – noms, adresses et contacts – de trois militants russes. qui a organisé en janvier une manifestation devant l’ambassade de Russie à Lisbonne pour la libération d’Alexey Navalny, un opposant au régime russe dirigé par Vladimir Poutine.

Le maire de Lisbonne, Fernando Medina, a admis que les données personnelles des trois militants avaient été partagées, a demandé des « excuses publiques », a estimé qu’il s’agissait « d’une erreur regrettable qui n’aurait pas pu se produire » et a annoncé qu’il avait demandé un audit sur les manifestations dans la ville ces dernières années.

L’affaire a suscité une vague de critiques et de demandes d’éclaircissements de la part d’Amnesty International et des partis politiques, en plus de Carlos Moedas, candidat PSD à la Chambre de Lisbonne, ayant demandé la démission de Fernando Medina.

L’ambassadeur de Russie au Portugal a déjà assuré que l’ambassade avait supprimé les données des manifestants de la manifestation contre le gouvernement de Poutine tenue à Lisbonne, soulignant que l’information n’avait pas été transmise à Moscou.

ACC/TEYA (CMP) // SF

Le contenu CML/Russie : Costa ne voit pas la responsabilité politique dans une affaire administrative apparaît en premier dans Vision.