1-1-e1669908198824-png

Citoyens de la CPLP exemptés de faire la demande en personne pour obtenir un visa au Portugal

S’adressant à Lusa, par téléphone, la vice-ministre des Affaires parlementaires, Ana Catarina Mendes, a déclaré qu’elle espérait que le diplôme entrerait en vigueur d’ici « 30 jours » et qu’il « entrerait en vigueur cette année ».

Selon le communiqué du Conseil des ministres, le Gouvernement « a approuvé ce jour le décret réglementaire modifiant le diplôme qui définit les conditions et modalités d’entrée, de séjour, de sortie et d’éloignement des étrangers du territoire national, suite aux récentes modifications du Loi sur les étrangers ».

Les amendements approuvés « favorisent la mobilité et la liberté de circulation au sein de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), permettant la mise en œuvre de l’accord sur la mobilité », signés entre ses neuf États membres en juillet 2021 lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement à Luanda, en Angola, souligne la note.

Dans ce contexte, il met en évidence « l’octroi préalable des demandes de visa CPLP » et la « renonciation à présenter une demande de visa en personne » pour les citoyens de cette communauté, entre autres mesures.

Les citoyens de la CPLP sont également dispensés de présenter un ensemble de documents pour la délivrance d’un visa, comme une assurance voyage valide, qui couvre les dépenses nécessaires pour des raisons médicales, y compris l’assistance médicale urgente et le rapatriement éventuel.

Cependant, ils sont également dispensés de présenter la preuve de l’existence de moyens de subsistance au Portugal et une copie du billet de retour, sauf lorsqu’un visa de séjour est demandé.

En outre, l’octroi d’un visa de séjour CPLP donne à son titulaire le droit de demander un permis de séjour CPLP.

Dans la note, le gouvernement suppose que ces changements « ont toujours vocation à contribuer à la réponse au besoin de main-d’oeuvre en vue de la relance de l’économie ».

Mais l’exécutif souligne également que « le nouveau régime promeut également des voies de migration régulières, sûres et ordonnées, renforçant la lutte contre l’immigration clandestine et la traite des êtres humains ».

Le Premier ministre, António Costa, a annoncé que le gouvernement a approuvé aujourd’hui le règlement d’entrée en vigueur de l’accord de mobilité dans la CPLP, qui facilitera l’entrée au Portugal des citoyens de ces pays.

« Aujourd’hui, le Conseil des ministres du Portugal vient d’approuver le diplôme qui réglemente définitivement l’application de l’accord de mobilité de la CPLP, que nous avons signé il y a un peu plus d’un an à Luanda et qui favorise la circulation et la mobilité au sein de l’espace de la CPLP. CPLP ”, a déclaré António Costa.

Le chef du gouvernement s’exprimait à Maputo, lors de la conférence de presse conjointe avec le président de la République du Mozambique, qu’il avait rencontré dans le cadre du Ve sommet luso-mozambicain.

Selon António Costa, « tous les citoyens d’un État membre de la CPLP qui demandent n’importe quel type de visa pour entrer au Portugal, ce visa doit être accordé immédiatement, immédiatement accordé, à moins qu’il n’y ait encore un ordre d’expulsion ou qu’il y ait un ordre d’interdiction dans l’espace Schengen Région ».

« Sinon, les services consulaires portugais doivent immédiatement délivrer et accorder ce visa », a-t-il déclaré.

Estimant qu’« il est important de renforcer la coopération dans le cadre du monde lusophone », le Premier ministre a défendu qu’il s’agit « d’un pas très important pour que l’excellence des relations de coopération politique qui a existé dans le cadre de la CPLP , la coopération économique se traduit aussi dans le quotidien concret des citoyens ».

L’Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mozambique, le Portugal, São Tomé et Príncipe et le Timor-Leste sont les neuf États membres de la Communauté des pays de langue portugaise.

ATR (FM) // SLX

Articles récents