Le dernier jour de production d’électricité à l’usine de Sines, à Setúbal, est jeudi, après quoi les équipements seront désactivés, un processus qui prendra environ cinq ans, et l’avenir de cette infrastructure reste ouvert.

Selon une source officielle d’EDP, Lusa a déclaré: «Le 14 janvier sera le dernier jour où le Central de Sines sera opérationnel (c’est la date à laquelle la licence de production expire), se terminant alors définitivement à partir du 15 de janvier « .

A cette date, ajoute-t-il, «l’usine aura déjà brûlé tout le« stock »de charbon restant, elle commencera donc à désactiver tous les équipements qui jusqu’à présent étaient nécessaires à la production d’énergie».

«Ces travaux s’inscrivent dans une première phase de démantèlement, qui est suivie du démantèlement de l’infrastructure, dans un processus qui devrait prendre environ cinq ans», précise la même source.

En service depuis 1985, la centrale électrique au charbon d’EDP, dans le district de Setúbal, comptait actuellement 107 travailleurs directs, à qui on proposait «un ensemble d’options différentes», par exemple «la transition vers la retraite ou la préretraite ou l’accès aux opportunités de mobilité au sein du groupe EDP », a déclaré une source officielle de l’entreprise.

«EDP a initié des contacts en septembre de l’année dernière, comme prévu après l’annonce de la fermeture de l’usine, pour évaluer conjointement les différentes options. Ce processus […] a été menée en pleine collaboration et dans les délais prévus », dit-il, ajoutant que« dans tous les cas, la principale priorité a été de s’assurer que les engagements de l’entreprise envers ses 107 travailleurs sont pleinement respectés et dans le meilleur intérêt des deux entreprises. des soirées « .

Interrogé sur des informations plus détaillées sur l’avenir des travailleurs, EDP a précisé que «ces informations ne sont pas encore disponibles, étant donné que le processus de conversation est toujours en cours».

Dans le cas des travailleurs indirects, renvoyer les clarifications aux «entreprises prestataires de services avec lesquelles ils ont des contrats».

Concernant l’avenir des infrastructures, EDP ajoute que « la possibilité de développer des projets pouvant profiter d’une partie des infrastructures existantes à cet endroit est toujours à l’étude ».

«Le projet de production d’hydrogène vert est l’une de ces possibilités, mais il est encore en phase d’étude avec plusieurs partenaires. Le projet H2Sines, tel qu’il est public, est né dans ce contexte d’un partenariat qui intègre plusieurs sociétés – dont EDP, REN, Galp, Martifer, Vestas et Engie – pour évaluer la faisabilité de la création d’une chaîne de valeur de l’hydrogène vert au Portugal pour la consommation nationale et l’exportation vers l’Europe du Nord », a-t-il ajouté.

JNM // EA

Lusa / Fin

Le contenu de Central de Sines se termine jeudi et la désactivation peut prendre cinq ans – EDP apparaît en premier dans Visão.