« Je pense que l’argument du discrédit frise l’absurde », a déclaré Francisco Rodrigues dos Santos, défendant que « le Portugal doit donner des signes symboliques que la décentralisation est une priorité afin de ne pas concentrer toutes les ressources et toutes les représentations de l’État et organes de souveraineté dans la capitale ».

Le leader centriste s’exprimait devant des journalistes à Beja, au bout d’une dispute avec le candidat de la coalition « Beja succède » (PSD/CDS-PP/Iniciativa Liberal/PPM/Aliança) à la présidence de la municipalité, Nuno Palma Ferro .

De l’avis du président du CDS-PP, la relocalisation du CT a « une symbolique importante pour le Portugal » et « représente cette idée de décentralisation et de répartition de l’Etat dans différentes zones du pays, de manière équitable. « , le parti votera donc en faveur de l’initiative PSD qui sera débattue en général par le parlement aujourd’hui.

Francisco Rodrigues dos Santos a également fait valoir que « dans le cas de Coimbra, il existe même des fondements historiques, universitaires et littéraires qui justifient cette revendication de Coimbra dans le cas de la Cour constitutionnelle », et a rejeté le fait que la mesure « puisse être considérée comme discréditante ».

« Au contraire, je pense que cela illustre une idée d’un pays dans lequel nous devons tous nous engager, qui est de déployer le Portugal dans tous ses petits coins, pour chaque terre, afin que nous n’ayons pas ce pays asymétrique, avec des dysfonctionnements et des contrastes absurdes entre la côte et l’intérieur », a-t-il ajouté, citant en exemple Madrid, la capitale du pays voisin, qui est située « au cœur de l’intérieur espagnol ».

Interrogé sur le vote du PS, qui a annoncé son abstention, le leader du CDS-PP a estimé que « le PS a essayé de ne plaire à personne, de ne prendre position » et a souligné que, « en matière de décentralisation, la répartition des compétences et des pouvoirs de l’État sur tout le territoire et le signal symbolique qui peut être donné au pays que le Portugal n’est pas seulement Lisbonne et que le reste n’est pas paysage, il ne peut pas mériter l’indifférence de la part du parti qui est au gouvernement ».

« C’est une position équidistante de oui et de non, et j’ai appris une chose en politique, c’est qu’il n’y a pas de formule parfaite pour le succès, mais il y en a une qui est absolument certaine pour l’échec, qui essaie de plaire à tout le monde », a-t-il ajouté. . . .

Ainsi, Francisco Rodrigues dos Santos a demandé au PS d’assumer « une voix ferme et pérenne pour défendre l’unité du territoire et sa cohésion » et a souligné que « c’est ce que fera le CDS » avec le vote favorable.

L’Assemblée de la République débat aujourd’hui du projet de loi du PSD pour le transfert du TC et de la Cour administrative suprême de Lisbonne à Coimbra, un diplôme qui sera voté vendredi.

L’initiative devrait être rendue possible de manière générale, puisque PS et BE ont déjà annoncé qu’ils s’abstiendraient. Le PAN a annoncé le vote contre, tandis que le PCP considérera toujours la direction du vote, mais a indiqué qu’il ne votera pas pour.

La plupart des juges du CT ont estimé que le transfert serait « peu recommandable » et aurait une « charge symbolique négative », compte tenu de la différenciation vis-à-vis d’autres organes souverains et non de la ville de Coimbra.

FM // ACL

Le contenu du CDS-PP en faveur de la délocalisation du TC et affirme que l’invocation du discrédit « atteint l’absurde » apparaît d’abord dans Visão.