Le CDS-PP / Açores soutient que la coalition avec le PSD et le PPM, formée après les élections législatives régionales, devrait être étendue aux municipalités et aux législatures nationales, affirmant qu’elle apportait «l’espoir d’un avenir de progrès et de développement» dans la région.

«Nous pensons que la réponse nécessaire aux défis du présent et de l’avenir de nos municipalités passe par un nouveau paradigme de gestion municipale que seule une coalition réformiste peut matérialiser comme alternative à la gestion municipale socialiste inefficace. Nous sommes disponibles pour correspondre conjointement à la construction d’une alternative de droit démocratique qui met fin au cycle politique de l’engin dans les élections législatives nationales », lit-on dans la motion de stratégie globale du seul candidat à la direction régionale du CDS, Artur Lima, président de la structure du parti depuis 2007 et actuel vice-président de l’exécutif açorien.

Les centristes ont intégré, pour la première fois, un gouvernement régional aux Açores, fin 2020, après que le PS, qui dirigeait la région pendant 24 ans, ait perdu la majorité absolue aux élections législatives régionales, ouvrant la voie à une coalition entre PSD, CDS-PP et PPM, soutenu par des accords d’incidence parlementaires avec Chega et Liberal Initiative.

Intitulée «Construire l’avenir», la motion approuvée aujourd’hui, à l’unanimité, au X Congrès régional du CDS-PP / Açores, à Angra do Heroísmo, défend qu’il est temps de «réaffirmer et concrétiser» la nouvelle Alliance démocratique représente « Un signe de responsabilité des parties de la droite démocratique et la confirmation d’un nouvel espoir d’un avenir de progrès et de développement pour les Açores ».

«Nous devons donc être capables de répondre, en renouvelant notre union face à l’adversité, en démontrant que ce qui nous unit est plus grand que ce qui nous sépare et en plaçant l’intérêt des Açores, clairement et sans équivoque, au-dessus de tout intérêt de parti. en dehors.

Pour le re-candidat à la direction du parti, dévaloriser la coalition serait «une erreur qui hypothéquerait l’avenir des Açores», c’est pourquoi le CDS considère comme «mission principale» de contribuer à ce que la majorité conquise «s’implique et se renforce dans un projet de changement qui est le soutien de la politique de réforme »exigée par la situation de l’archipel.

Soulignant que les militants du parti sont désormais «une nouvelle génération de cadres, représentant un espoir renouvelé pour l’avenir», Artur Lima affirme, dans la motion, que le parti réaffirme dans ce congrès «entièrement, sans réserves et avec conviction, les orientations politiques déjà défini dans l’accord de gouvernance signé avec le PSD et le PPM ».

Dans un document de 24 pages, les priorités du parti pour «construire l’avenir» des Açores sont définies, avec un accent sur la solidarité sociale, un espace sous la tutelle du gouvernement régional par le leader centriste, qui comprend des mesures telles que l’universalité de garderie gratuite et la création d’un programme d’accompagnement des personnes âgées à rester en milieu familial.

«L’engagement collectif qui doit être établi entre les Açoriens, le gouvernement et les institutions sociales est d’avoir, à moyen terme, une société avec moins de pauvres, avec plus d’égalité des chances et avec l’ascenseur social fonctionnant correctement», lit-on sur la motion.

Le candidat à la direction du CDS-PP soutient que le développement économique des Açores implique « la création d’emplois » et « l’établissement de la population », selon la motion.

« Il faut donc augmenter significativement les investissements privés, à travers les investissements promus par les entreprises régionales et les entrepreneurs, mais aussi par les investissements étrangers, qui devraient assumer une nouvelle dynamique », souligne-t-il.

Artur Lima critique dans le document le «désinvestissement de la santé au cours des dernières décennies» et met en garde contre la nécessité de former le Service régional de santé à «des scénarios hypothétiques de croissance de la pandémie et d’autres situations de catastrophe».

Dans cette motion, la revendication d’un «nouveau modèle d’intermodalité régionale et territoriale entre le transport aérien et maritime» est également réitérée, ainsi que l’acquisition d’un avion cargo, thème sur lequel les centristes insistent ces dernières années. La motion se termine par un appel au renforcement de l’autonomie, proposant la création d’un institut dédié à l’étude et à l’exploration du potentiel géostratégique des Açores.