S’adressant à Lusa en marge de la session de travail « Algarve: Investissements avec des fonds européens dans la culture et le patrimoine culturel », à Lagos, José Apolinário a expliqué que l’initiative a permis « de faire connaître les bons projets et investissements dans le domaine de la culture et le patrimoine culturel financés dans le cadre communautaire actuel » de soutien et indiquent des stratégies pour l’avenir.

Selon le responsable, sont en jeu des projets «encore en cours» ou «déjà achevés», comme le musée municipal de Lagos ou les bains islamiques de Loulé, qui ont fait l’objet de travaux de restauration et de muséalisation dans le cadre du programme opérationnel régional Algarve 2020 et contribuer à renforcer l’attractivité touristique de leurs territoires.

Sous les axes Patrimoine Naturel et Culturel, le programme Algarve 2020 a déjà soutenu, selon la CCDR, des projets d’une valeur totale « d’environ 53 millions d’euros, avec 47 opérations », mais José Apolinário a souligné que, « plus du million » de Fonds européens, il faut regarder les fonds qui, « à l’avenir, il y aura une politique de proximité » et qui seront « gérés avec les communes ».

Le président de la CCDR do Algarve a appelé à une plus grande « concentration sur les réseaux », nationaux et transfrontaliers avec l’Espagne, ainsi qu’européens, permettant de combiner les efforts pour que les investissements dans la culture et le patrimoine culturel soient réalisés et constituent également eux-mêmes comme source d’attraction touristique.

José Apolinário a expliqué que l’initiative, promue en partenariat avec la Direction régionale de la culture et la Chambre de Lagos, visait à « apprécier ce qui a déjà été fait dans la région dans ce contexte, avec des fonds européens, mais aussi à mettre en évidence ce qui fait la force et la mise en réseau pour l’avenir, rassemblant et valorisant les investissements dans les lieux d’intérêt culturel ».

La même source a estimé que « le Plan de Relance et de Résilience a concentré des moyens, notamment dans la valorisation du patrimoine et des investissements culturels, à Lisbonne », tandis que les régions « recourent principalement aux Programmes Opérationnels Régionaux » et il faut que tous les acteurs travaillent pour le « renforcer la promotion du lien entre tourisme et culture, que ce soit sur le marché intérieur, pour le Portugal, ou sur le marché ibérique ».

Le président de la CCDR do Algarve a souligné que « 80% des personnes interrogées » par l’euro-baromètre « considèrent qu’il est important d’avoir des investissements avec des fonds européens dans le patrimoine et la culture » et que « ces investissements devraient être décidés, de préférence, au niveau régional ».

« C’est ce point que nous voulons également souligner. Plus dans une perspective d’articulation, d’additionner ce qui vient du PRR – qui pourrait être plus dans le cas de l’Algarve -, quelles sont les politiques publiques du Ministère de la Culture, plus ce qui vient du Programme Opérationnel régional, plus du Municipalités, car l’investissement dans la culture et le patrimoine est stratégique pour la qualification de l’Algarve en tant que destination touristique », a-t-il soutenu.

L' »articulation de ces investissements » devrait « valoriser davantage ce qui est unique », a-t-il ajouté, donnant en exemple la « Fortaleza e promontório de Sagres, qui accueille plus de 450.000 visiteurs » par an et constitue, « au sud du Tage, le lieu de plus grand intérêt culturel ».

« Dans les marques européennes du patrimoine, il y en a quatre dans le pays et une est la forteresse de Sagres, donc cette mise en réseau et cette articulation doivent être renforcées », a-t-il déclaré.

Outre José Apolinário, la cérémonie s’est déroulée en présence de la directrice régionale de la Culture, Adriana Nogueira, du maire de Lagos, Hugo Pereira, du président de la Région touristique de l’Algarve, João Fernandes, ou de la secrétaire d’État à la Culture, Isabel Cordeiro.

CMH // MAD