Le président du Centro Cultural de Belém (CCB), Elísio Summavielle, a déclaré aujourd’hui que l’institution continuera à présenter un programme de « pont entre les mondes » en 2022, et espère que, « si tout va bien », 2023 aura un programme « encore plus cohérent ».

Après plus d’un an de « vie normale perturbée » par la pandémie de covid-19, le CCB espère que la « nouvelle normalité » traversera la saison 2021/2022, qui a été présentée aux journalistes aujourd’hui, et qui comprend des spectacles de théâtre et de musique, danse et conférences pour divers publics.

« Nous vivions une période très compliquée d’équilibrage des annulations et des reports [de espetáculos], cherchant à honorer des engagements », a rappelé le président du CCB, précisant que, cependant, le programme d’été qui s’achève désormais, intitulé « Destemporada », « s’est même plutôt bien passé, malgré le nombre limité d’audiences ».

Par précaution, selon le président de la Fondation CCB, la nouvelle saison – baptisée « Mondes » – ne sera de nouveau annoncée en détail qu’en janvier 2022, en raison des incertitudes sur l’évolution de la pandémie, bien qu’elle soit déjà prévue jusqu’en juin, et certains ont été révélés.

« Nous vivons entre des mondes, de nouvelles réalités, et quelque chose va changer, donc ce pont est nécessaire dans les différents arts du spectacle », a-t-il souligné, concernant la continuité qui sera donnée aux partenariats, notamment avec le Théâtre national São João, en Porto, « une attention particulière à la danse », et l’internationalisation.

Elísio Summavielle – qui termine son mandat actuel à la tête du CCB en mars 2022 et a déjà annoncé qu’il n’avait pas l’intention de continuer, car il veut se consacrer à des projets personnels – voit l’avenir avec optimisme : « Si tout va bien, en 2023, ce sera déjà peut-être un calendrier encore plus cohérent ».

Dans le même ordre d’idées, Delfim Sardo, administrateur chargé de la programmation, a souligné qu’après la « période très compliquée » vécue par le CCB, « il est temps de revenir à une situation normale et de supposer qu’à partir d’octobre, les salles peuvent déjà avoir une capacité d’audience à cent pour cent ».

« Le CCB a la spécificité d’accueillir des productions culturelles très diverses pour des publics très divers, dans des espaces de dimensions diverses. La nouvelle programmation croise des mondes et des manières de les regarder et de les comprendre différents », a expliqué le programmateur, à propos de la possibilité de s’appuyer sur l’histoire des arts, mais aussi de « s’immerger dans l’inconnu », dans les espaces les plus expérimentaux de la centre culturel.

Après une période troublée, Delfim Sardo considère qu’il faut « créer un nouveau verbe, ‘to world’, par exemple, pour créer de nouveaux mondes et avec eux passer à une autre réalité, c’est aussi pourquoi plusieurs penseurs ont été invités à, dans les cycles de conférences, « aider à réfléchir à ce qu’est le monde maintenant ».

Tous les cycles de l’espace de réflexion donneront lieu à des publications, a révélé l’administrateur, soulignant que « les deux volontés d’être une grande machine multimodale, travaillant pour de larges publics et pour des niches, sont là où réside la vitalité de CCB ».

Il a ajouté que le centre entend « continuer à regarder les grands créateurs portugais et leur ouvrir les portes pour présenter les grandes productions, mais aussi regarder les artistes émergents », c’est pourquoi une collaboration avec Espaço Gaivotas est prévue. [Polo Cultural Gaivotas, em Lisboa], indiqué, à titre d’exemple.

Quant à la situation du Musée de la Collection Berardo, dont le président du CCB est le curateur depuis 2019, par ordonnance du tribunal, 862 œuvres d’art en vertu de la convention entre l’État et le collectionneur José Berardo, à la suite d’un processus qui lui a été accordée par trois établissements bancaires, Elísio Summavielle a indiqué que la situation reste inchangée.

« Le tribunal a nommé le président du CCB en tant qu’administrateur fidèle, avec le devoir d’assurer la conservation de la collection et le fonctionnement normal du musée, et cela a été garanti », a-t-il indiqué, révélant que ce contrôle est effectué avec des mensualités. informations aux autorités.

A propos de l’avenir de ce processus, qui se poursuit devant les tribunaux, Summavielle n’a pas souhaité avancer le dénouement : « Tout est ouvert, les tribunaux décideront », a-t-il déclaré, commentant que « la collecte [do acordo entre o Estado e Berardo] c’est du plus haut intérêt national ».

Il n’a pas non plus souhaité aller de l’avant avec les projets personnels qu’il mènera lorsqu’il cessera d’être président du CCB, précisant qu’il partira en gardant « les meilleurs souvenirs du CCB ».

AG // MAG

Le contenu de CCB veut continuer à être un pont « entre les mondes » dans la nouvelle normalité de 2022 – Summavielle apparaît en premier dans Vision.