Le musicien Salvador Sobral, le groupe Sete Lágrimas, la Compagnie Zonzo et une installation sonore avec des trampolines seront à l’honneur ce mois-ci au festival Big Bang, au Centro Cultural de Belém (CCB), à Lisbonne.

Ce festival international, qui se déroule habituellement dans 12 pays européens et au Canada, avec des propositions culturelles conçues pour les plus jeunes, revient au CCB les 22 et 23, après avoir été interrompu en 2020 en raison de la pandémie de covid-19.

Selon les informations diffusées aujourd’hui par le CCB, la 11e édition proposera « de la musique ancienne et contemporaine, du fado, des claquettes, des installations », pour « les oreilles curieuses et les esprits intrépides ».

Le groupe Sete Lágrimas mettra en scène, dans le grand auditorium, un concert conçu – intitulé « Olá zente que aqui samo » – avec choeur, instrumentistes et illustration en direct de l’artiste visuel João Alexandrino (JAS).

Recommandé pour les enfants à partir de 4 ans, le spectacle aura la direction artistique de Filipe Faria et Sérgio Peixoto et la participation de jeunes musiciens du Conservatoire National et de l’Académie de Musique d’Almada, entre 9 et 13 ans.

Dans le petit auditorium, le musicien portugais Salvador Sobral présentera « Estradas », une production cosignée avec l’actrice Jenna Thiam et le musicien Javier Galiana.

«Notre vie est de voyager, d’arriver, de jouer, de partir. Nous ne savons plus à quoi ressemblerait notre vie sans elle, sans le chemin qui nous mène et nous amène. […] La route se situe entre le réel et le rêve. C’est le lieu des possibles, mais aussi le lieu de nos peurs », peut-on lire dans la présentation de cette émission.

La compagnie belge Zonzo Compagnie, l’un des fondateurs de Big Bang, présentera à Lisbonne « Hush – Henry’s dream machine », entrant dans l’univers du compositeur Henry Purcell, à l’aide sur scène d’une boîte géante en forme de théâtre ancien. .

Le Big Bang de cette année invite également les spectateurs à pénétrer dans deux salles du CCB transformées en salles de création de quatre artistes : dans l’une d’elles se trouveront le danseur et accordéoniste Michel et le pianiste Jorge A. Silva, et dans l’autre les musiciens Tomás Longo (vibraphone) et Samuel Gapp (clés).

On se souviendra du répertoire d’Amália Rodrigues dans le spectacle « Je suis la fille des herbes », avec les chanteuses Joana Reais, Susana Quaresma et Tânia Cardoso.

A noter également la présence de plusieurs installations sonores réparties dans tout le CCB, à savoir le « Oscibouncer », un ensemble de trampolines qui émettent du son et de la lumière, du duo David Jongen et Elize Rausch, et le projet « Ces oiseaux volent vers le nord » , de Serge Verstockt, composé de dizaines d’oiseaux mécaniques interactifs qui chantent en réponse à d’autres voix.

Chaque journée de Big Bang se terminera par une performance en plein air de Seven Dixie à la Praça do CCB.

SS // TDI

Le contenu de CCB reprend le festival Big Bang avec Salvador Sobral, Sete Lágrimas et l’art sonore apparaît en premier à Visão.