L’ancien président du PSD, Aníbal Cavaco Silva, a dit avoir « beaucoup de respect » pour le Premier ministre, António Costa, mais considère que « la politique suivie par le gouvernement actuel » et par la « geingonça » créera « de sérieuses difficultés » pour les nouvelles générations.

Cavaco Silva a été interrogé, dans une interview à CNN Portugal, menée par la journaliste Maria João Avillez, sur l’article qu’il a écrit cette semaine pour le journal en ligne Observador, écrit sous la forme d’une lettre ouverte à António Costa et intitulé «Faire plus et mieux que Cavaco Silva ».

« J’ai écrit l’article de l’Observer dans le but d’encourager et de soutenir le gouvernement socialiste à la majorité absolue afin qu’il inverse la tendance à l’appauvrissement relatif par rapport aux pays de l’Union européenne dans lesquels le Portugal a été plongé, afin qu’il peut faire en sorte que le Portugal cesse d’être un pays de salaire minimum, dans lequel il accorde plus d’attention aux nouvelles générations qui ont été des générations oubliées par ce gouvernement », a-t-il plaidé.

Quelques instants plus tôt, l’ancien Premier ministre (entre 1985 et 1995) s’était montré préoccupé par la politique des derniers gouvernements dirigés par le PS.

« C’est une de mes grandes préoccupations, peut-être parce que j’ai des enfants, parce que j’ai cinq petits-enfants et que je vérifie que les politiques suivies par le gouvernement actuel, et en particulier au moment de la ‘geingonça’, créeront de sérieuses difficultés pour créer le rêves de bien-être des nouvelles générations portugaises », a-t-il déclaré.

Cavaco s’est dit « encouragé » à écrire l’article dans le journal en ligne Observador d’António Costa lors de l’investiture du gouvernement, le 30 mars : « Je fais partie d’une génération qui s’est battue contre une majorité existante qui, tant de fois, on le confondait avec le pouvoir absolu », disait le premier ministre de l’époque, faisant allusion aux deux majorités absolues de Cavaco Silva à la tête de l’exécutif.

« J’ai été stimulé par cette déclaration, je pense un peu malheureuse, dans un discours officiel et solennel que le Premier ministre a prononcé lors de son investiture. Ce qu’il dit du mal de moi ou que le PS dit du mal de moi dans une campagne électorale, c’est le feu de la bataille électorale. Mais maintenant dans des discours officiels, une investiture, je devais rappeler certaines choses qui semblent avoir été très oubliées dans l’esprit du Premier ministre », a-t-il dit.

Cependant, l’ancien président de la République a souligné qu’il avait « beaucoup de respect » pour António Costa, malgré les divergences politiques.

Cavaco Silva a avoué qu’il avait écrit l’article « il y a plus d’un mois » et que seule sa femme était au courant. Il a décidé de publier le texte seulement cette semaine car il ne voulait pas perturber la discussion du budget de l’État pour 2022.

« Je ne voulais en aucun cas que mon article s’immisce ou perturbe le débat sur le budget de l’État, alors j’ai mis l’article dans le tiroir et je savais très bien quand je le publierais », a-t-il ajouté.

Dans un article en forme de lettre ouverte à António Costa, intitulé « Faire plus et mieux que Cavaco Silva », l’ancien chef de l’Etat a félicité le Premier ministre pour la majorité absolue du PS aux législatures du 30 janvier, soit quatre mois plus tard, s’excusant pour le retard.

« C’était une victoire pour vous en tant que leader du PS. Nous sommes désormais collègues en ce qui concerne la conquête des majorités absolues », écrit Cavaco Silva.

Puis, rappelant la période où il a également gouverné à la majorité absolue – entre 1987 et 1995 – Cavaco Silva a interpellé le Premier ministre à « faire plus et mieux » dans cette législature avec les conditions dont il disposait.

L’ancien président du PSD a affirmé avoir gouverné avec « beaucoup de persévérance » et « un esprit de dialogue » pour établir « des consensus importants » avec l’opposition, mettant en avant les révisions constitutionnelles de 1989 et 1992, et avec « un dialogue intense, profond et fructueux ». » avec les partenaires sociaux, mentionnant que « quatre accords de concertation sociale ont été signés ».

Admettant que dans une certaine mesure « le manque de soutien du PS à certaines réformes » peut être attribué « à l’incapacité ou à l’insuffisance du dialogue », Cavaco Silva a ajouté : « Sachant sa volonté de mener des réformes et sa capacité à dialoguer avec le plus grand parti de l’opposition pour les mettre en œuvre, je suis sûr qu’avec votre gouvernement à la majorité absolue, tout se passera bien ».

« Aucun parti, aucune organisation syndicale, patronale, sociale, culturelle ou environnementale ne se plaindra du manque de dialogue et d’ouverture de la part du gouvernement pour accepter leurs propositions ; les réformes dont le pays a un besoin urgent seront menées dans un climat de tranquillité politique totale et le déclin relatif du pays en termes de développement sera inversé », a-t-il poursuivi, s’adressant toujours directement au Premier ministre.