1-1-e1669908198824-png
doc-20211123-34836128-manueldealmeida_1220-scaled-e1637694602168-4877234-8447692-jpg

Catarina Martins solidaire de la lutte « très juste » des enseignants

Catarina Martins s’adressait à Lusa au début d’une manifestation d’enseignants qui a lieu aujourd’hui à Lisbonne et rassemble des milliers de professionnels.

Justifiant le soutien, la responsable a dressé un « portrait » des écoles, typées par une enseignante de 45 ans, « avec un salaire qui ne suffit pas à payer l’essence pour aller à l’école où elle a été embauchée, qui ne peut pas payer ». le loyer, avec un accès bloquant aux niveaux et qui se voit avec un travail bureaucratique immense ».

Les écoles, a-t-il ajouté, ont de moins en moins de professionnels pour répondre à leurs besoins, et les élèves manquent de soutien, ce qui fait de la vie des enseignants « un parcours du combattant permanent ».

« Ces enseignants se battent pour un droit à l’éducation, fondamental dans notre pays », a déclaré Catarina Martins à Lusa, estimant qu’il est temps de laisser des promesses et d’agir « vite » pour que les écoles aient les conditions.

La coordinatrice du Bloco de Esquerda a déclaré qu’elle savait que des parents s’inquiétaient du fait que les élèves n’aient pas de cours en raison de la grève en cours, mais a ajouté que s’il y a tant de classes qui n’ont pas d’enseignants pour de nombreuses matières « c’est parce que la vie dans les écoles est devenu si difficile que le pays n’arrive plus à recruter les enseignants dont il a besoin ».

« Et si ce combat crée maintenant une certaine instabilité, ce qui crée vraiment une instabilité permanente, c’est l’absence d’une politique qui protège l’école publique et quiconque se bat ici se bat pour cette école », a-t-il déclaré.

Interrogée sur la possibilité pour le gouvernement de recourir au service minimum dans le cadre des grèves des enseignants, Catarina Martins a estimé que le droit de grève ne devrait pas être limité et a déclaré que les grèves ont des règles, qui doivent être respectées.

« Et s’il y a un problème spécifique, il ne faut pas le confondre avec l’immense majorité des enseignants, qui mènent le combat comme il se doit, un combat démocratique », a-t-il déclaré.

Plus de 20 000 enseignants manifestent aujourd’hui, selon la police, à Lisbonne, en défense de l’école publique et contre les propositions de modification des appels d’offres publics, lors d’une marche convoquée par le Syndicat de tous les professionnels de l’éducation (STOP). Cette organisation affirme que 100 000 personnes participent à la manifestation.

Il s’agit de la deuxième manifestation d’enseignants dans la capitale en un mois, après celle du 17 décembre qui a réuni plus de 20 000 enseignants, selon les estimations syndicales.

La marche se déroule à un moment de grande opposition à ces professionnels, qui sont en grève depuis le 9 décembre, dans une grève appelée par STOP qui devrait durer au moins jusqu’à fin janvier et a été étendue aux travailleurs non enseignants.

La marche se déroule à un moment de grande opposition à ces professionnels, qui sont en grève depuis le 9 décembre, dans une grève appelée par STOP qui devrait durer au moins jusqu’à fin janvier et a été étendue aux travailleurs non enseignants.

Outre d’anciennes revendications liées à la carrière d’enseignant, aux conditions de travail et aux salaires, les protestations étaient motivées par certaines des propositions du gouvernement concernant la révision du modèle de recrutement et de placement des enseignants, qui est en cours de négociation avec les syndicats depuis septembre.

Ils contestent notamment la possibilité d’inclure d’autres critères de sélection, en plus de la diplomation professionnelle, ou que les enseignants commencent à être embauchés par des entités locales ou par les directeurs eux-mêmes. Cependant, le ministère de l’Éducation a déjà démenti cette information.

Articles récents