La coordinatrice de BE Catarina Martins accuse le président du PSD Rui Rio d’être «coincé à l’extrême droite dans un désespoir incompréhensible», considérant que la droite est «très loin» de la possibilité d’atteindre le gouvernement.

A la veille de la 12e Convention nationale de BE, dans un entretien avec l’agence Lusa, le leader du bloc accuse le droit, « en cours de reconfiguration », de ne pas dialoguer avec le pays.

«Rui Rio apparaît collé à l’extrême droite dans un désespoir incompréhensible, ce qui signifie qu’il a même renoncé à concourir pour la majorité dans le pays», critique-t-il.

Pour Catarina Martins, il est «clairement dangereux» pour une démocratie de développer des discours violents, antidémocratiques et haineux comme cela se passe au Portugal, avertissant cependant qu ‘«une majorité sociale ne conteste pas dans ce domaine», mais «avec solutions pour le pays ».

«Le droit est sorti de ce différend et, pour le moment, il est très loin d’avoir une majorité dans le pays, aucune solution pour parvenir au gouvernement. Donc la gauche, oui, a cette responsabilité de concevoir le programme », se défend-il.

Le leader du BE regrette que le danger de la droite traditionnelle ne soit pas reconnu pour ouvrir «la porte au discours antidémocratique» et précise que «Rui Rio ne favorise personne» en optant pour cette approche de l’extrême droite.

Toujours sur le terrain à droite, Catarina Martins a été interrogée sur le début du second mandat de Marcelo Rebelo de Sousa à la présidence de la République, admettant qu’elle voyait «avec une certaine appréhension certaines décisions récentes» comme la visite en Guinée-Bissau lors d’un moment où «la situation démocratique n’est ni reconnue internationalement ni ne peut l’être».

«J’espère qu’il pourra y avoir un dialogue institutionnel qui respecte les principes de la démocratie, des droits de l’homme au Portugal et hors du Portugal, car je pense que le président de la République a assumé ces obligations dans certains domaines et quand il le fait, il le fait bien. Il ne faut pas abdiquer ces principes », lance-t-il.

Pour le coordinateur du blocus, Marcelo Rebelo de Sousa est et a toujours été «un président de droite».

« Je pense qu’il a joué un rôle institutionnel dans la normalisation des relations institutionnelles après que Cavaco Silva a quitté une situation de frénésie absurde et qui n’a aidé personne dans le pays, n’a pas aidé la démocratie », admet-il.

Cependant, pour Catarina Martins, il est évident que le président de la République «a toujours maintenu son agenda de droite».

«De ce point de vue, je dirais qu’un gouvernement qui ne négocie pas à gauche se révèle plus proche de Marcelo Rebelo de Sousa», prévient-il.