Un jour après avoir accusé le PS d’être « siffler sur le côté » par rapport à cette question de la hausse des coûts de l’électricité, Catarina Martins a été interrogée sur les déclarations à la TSF par le secrétaire d’État à l’Énergie, João Galamba, qui a garanti que les Portugais Le gouvernement s’est engagé à « faire une politique sérieuse » et à ne pas suivre « des trucs faciles, qui ont l’air bien pendant un certain temps, mais qui ont ensuite des coûts élevés », comme ce qui a été fait en Espagne.

« J’avoue que je suis un peu surpris que le secrétaire d’État portugais à l’Énergie considère que le gouvernement PS espagnol a des trucs faciles (…) Je suis loin d’utiliser le gouvernement espagnol comme étalon pour les propositions du bloc de gauche, mais comprenons que nous : en ce moment, le prix de l’énergie est absurde sur le marché », a-t-il déclaré, en marge d’une visite à l’association de Baldios de Vila Nova.

Pour le coordinateur de BE, la seule raison pour laquelle le gouvernement portugais « ne fait rien » sur cette question est le fait qu’« il est plus intéressé à protéger les profits absurdes et astronomiques des compagnies d’électricité plutôt que de protéger l’intérêt public ».

« Lorsque l’ERSE fixera le tarif réglementé pour l’année prochaine en octobre, elle devra le fixer à la hausse si rien n’est fait », a-t-il prévenu.

Pour Catarina Martins, « le gouvernement portugais ne fait rien et c’est absolument inacceptable ».

« Et il y a une astuce que le gouvernement a dit qu’il pourrait utiliser et que nous n’acceptons pas, qui est de retirer de l’argent du fonds de garantie environnementale pour payer les compagnies d’électricité afin qu’elles puissent continuer à faire des profits excessifs, mais la facture d’électricité ne pas tant que ça », a-t-il critiqué.

Ce « truc du gouvernement portugais de retirer l’argent nécessaire aux transports publics » et de « le remettre comme profit aux compagnies d’électricité parce qu’elles n’ont pas le courage de dire qu’elles reçoivent plus » est, selon du leader BE, « inacceptable ».

« La proposition du Bloc de gauche fait suite à ce qu’était le rapport de la commission d’enquête sur les loyers excessifs de l’électricité, une partie de ces propositions votées par le PS, qui semble désormais considérer qu’il ne s’agit que de ruses et pour plus également appliquées désormais en Espagne », il se souvenait encore.

Plus tôt ce mois-ci, lors d’une conférence de presse au siège du parti à Lisbonne, le leader blociste avait déjà mis au défi le gouvernement de prendre des mesures urgentes pour freiner la « bombe à retardement » du prix de l’électricité, proposant de modifier la rémunération des barrages pour éliminer  » profits abusifs » et mettre fin au « jackpot du vent » créé par Passos Coelho.

Jeudi après-midi, on apprenait que le prix de l’électricité allait à nouveau augmenter, à compter du 1er octobre, l’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) déterminant une hausse de 1,05 euro par mois pour la majorité des consommateurs du marché régulé.

JF (ALYN) // ACL