« L’une des mesures qui est terrible pour nous qu’elle ait disparu concerne l’obligation des plateformes de passer des contrats avec les coursiers et les chauffeurs. En d’autres termes, cette loi est un fret pour Uber et Glovo d’un point de vue international », a accusé Catarina Martins.

Le dirigeant de BE a déclaré à l’agence Lusa, en marge de l’inauguration de la semaine culturelle à Viseu, Sementeira, que l’Agenda du travail décent présenté aujourd’hui par le gouvernement est issu d’une consultation sociale avec « une bonne partie des normes disparues ».

« En ce moment, le Parti socialiste européen a un député au Parlement européen qui est l’auteur d’une directive qui dit que les plateformes doivent passer un contrat avec les coursiers et la loi portugaise dit qu’après tout, non, que chaque homme avec son vélo est un homme d’affaires », a-t-il souligné.

De l’avis de Catarina Martins, « c’est un manque de protection au travail, c’est gratuit pour les plateformes ». Le chef de bloc a cité le directeur général d’Uber au Portugal qui « est déjà venu dire que c’est le modèle en or pour Uber ».

Catarina Martins a également averti que quiconque considère les plateformes numériques comme « un problème pour peu de travailleurs » devrait savoir qu' »il existe des plateformes dans de plus en plus de domaines » du marché, Uber étant le premier à utiliser des voitures.

«Ensuite, il est passé à la livraison de nourriture, à la livraison d’épicerie. Maintenant, il existe déjà pour le travail domestique, pour s’occuper des gens, etc. et de plus en plus de zones ont le système de plateforme et les gens n’ont pas de contrat de travail, ils vivent simplement sans contrat de travail », a-t-il déclaré.

Selon lui, c’est au gouvernement de proposer que « chaque homme avec son vélo et chaque femme avec sa serpillère soit un entrepreneur individuel », ce qui est, du point de vue du BE, « le contraire du travail décent ».

Concernant la loi en général, Catarina Martins s’est également interrogée sur « qui l’a faite », car « apparemment, la ministre ne savait même pas ce qu’elle présentait, car elle a parlé aujourd’hui de choses comme si elles étaient dans la loi et qui, pourtant, ne l’étaient pas ». ” et a déploré les autres qui restent.

« Le gouvernement a toujours refusé de retirer les règles de la troïka, ce qui fait que les gens continuent de gagner, jusqu’à aujourd’hui, moins pour les heures supplémentaires ou d’avoir moins de jours de vacances ou d’être licenciés plus facilement avec moins d’indemnités de licenciement », a-t-il énuméré. . .

« Le gouvernement n’a rien changé à cela et, même les mesures qu’il avait, quand ça venait de la concertation sociale et des patrons, la plupart avaient disparu », a-t-il accusé.

La proposition du gouvernement de modifier la législation du travail, dans le cadre de l’Agenda du travail décent, et près de deux douzaines de projets PCP, BE, Livre et PAN en matière de travail ont été discutés et votés aujourd’hui, en général, au parlement.

La proposition du gouvernement est entrée au parlement début juin, sans l’accord du dialogue social, malgré le retrait de l’exécutif du document initial (discuté lors de la précédente législature avec le BE et le PCP dans les négociations sur le budget de l’État, qui ont fini par échouer ) des mesures telles que l’augmentation de la valeur des heures supplémentaires, comme le demandaient les confédérations patronales.

IYN (DF/JF) // JPS