L’Autoridade Nacional de Comunicações (ANACOM) a réalisé une étude sur l’évaluation des performances des services mobiles et leur couverture respective dans la municipalité de Castelo Branco, entre les 13 et 15 et 20 et 21 juin (où elle a couvert 654 kilomètres), dont L’échantillon comprenait 1 911 appels vocaux, 457 sessions de données et 153 183 mesures de signaux radio.

Les résultats de l’étude ont été présentés aujourd’hui à la Chambre de Castelo Branco, où était présent le président du conseil d’administration d’ANACOM, João Cadete de Matos.

L’étude conclut que dans la municipalité de Castelo Branco, les régions de l’ouest et du nord-ouest « sont les plus critiques en termes de couverture » et dans six localités (Vale de Figueira, Pé da Serra, Pomar, Lisga, Sesminho et Tripeiro) « il y a aucune hypothèse de communication voix ou data, avec une absence totale de couverture réseau mobile ».

En ce qui concerne l’évaluation uniquement sur l’accès aux données, le résultat montre que « dans 25 lieux [13 das quais na freguesia de Sarzedas] il n’y a aucune possibilité d’accéder à Internet en l’absence totale d’accès aux données ».

Selon ANACOM, s’il existait actuellement des accords nationaux d’itinérance au Portugal, qui permettent aux clients de n’importe quel opérateur de se connecter à l’antenne d’un autre opérateur lorsque la qualité du signal n’est pas acceptable, « nous aurions une bien meilleure couverture dans le municipalité de Castelo Branco ».

L’étude montre également que la qualité du signal de MEO dans la municipalité de Castelo Branco est inexistante, très mauvaise ou mauvaise dans 25% des échantillons, cette valeur atteignant 32,8% dans le NOS et atteignant 52,1% dans le Vodafone.

S’il y avait du roaming national (en considérant le meilleur signal des trois opérateurs à chaque point, la qualité du signal inexistante, très mauvaise ou mauvaise, ne serait que de 20,9% des records.

En bref, ANACOM révèle qu’il n’a pas été possible d’établir ou de terminer avec succès un appel sur 10 dans la commune de Castelo Branco, où 11% d’appels échoués ont été enregistrés (10% d’appels perdus et 01% d’appels abandonnés).

Dans le service vocal, MEO a enregistré 10,6 % d’appels manqués (9,3 % perdus et 1,3 % d’appels abandonnés), NOS a présenté 8,4 % d’appels manqués (7,5 % perdus et 0,9 % abandonnés) et Vodafone s’est retrouvé avec 13,4 % d’appels manqués. appels (12,9 % perdus et 0,5 % abandonnés).

Le président d’ANACOM, João Cadete Matos, a souligné que les résultats obtenus à Castelo Branco ne diffèrent pas beaucoup de ceux enregistrés dans d’autres municipalités du pays.

Il a également déclaré que bon nombre de ces problèmes ont été résolus, ou du moins réduits, grâce à l’utilisation de l’itinérance nationale, où les opérateurs partagent des antennes entre eux, lorsque le signal de l’un d’entre eux est inexistant ou de mauvaise qualité.

CCC // JEF