La proposition, discutée lors d’une réunion publique de l’exécutif municipal, avait le CDS-PP abstenu et les votes du PS, PSD, PCP et BE étaient favorables.

L’intervention, d’une durée d’exécution de 18 mois, «envisage quatre blocs, sur une superficie totale de 9 050 m2, ainsi que des espaces verts», souligne le bureau de la conseillère du Logement, Paula Marques, dans une note adressée à Lusa.

« 96 maisons ont été achevées et livrées (50 dans le bloc pilote et 46 dans le bloc), 50 autres maisons sont actuellement en construction dans les zones de maçonnerie, auxquelles ces 40 sont désormais ajoutées », a indiqué la chambre dans le même communiqué.

Au total, « l’opération de requalification atteindra 500 maçonneries, construites dans les années 40 et 50 et qui aujourd’hui ne répondent plus aux conditions nécessaires d’habitabilité », a-t-il ajouté.

La municipalité affirme que les nouveaux bâtiments sont construits selon des paramètres de «nouvelle génération», envisageant «des solutions innovantes pour l’efficacité énergétique et l’impact environnemental, le confort thermique, l’optimisation de l’exposition au soleil, le chauffage solaire de l’eau et l’utilisation du flux de pluie».

La requalification du district municipal de Boavista implique également des structures collectives, dont l’Association des résidents de Boavista, dont le bâtiment a été réhabilité.

Un nouveau siège est également prévu pour l’Association des retraités et des personnes âgées du Bairro da Boavista, dans le bloc maintenant attribué.

Une nouvelle école, une église et des maisons mortuaires seront également construites, « qui remplaceront les structures existantes et très dégradées », précise la municipalité.

«Le traitement des espaces communs et le déploiement individuel des incendies permet des espaces publics, mais aussi la sensation d’intimité, à laquelle s’ajoute l’inclusion d’un espace jardin pour chaque habitation», décrit la commune.

Le projet, qui est également mis en œuvre dans les quartiers de Padre Cruz et Cruz Vermelha, permet «à la maison de suivre l’évolution de la famille, en grandissant avec elle, en agrandissant, par exemple, un appartement T2 à un appartement de type T3, sans aucune structure structurelle. changements ».

Prenant en compte les problèmes d’accessibilité à l’intérieur des maisons, la municipalité a décidé de construire principalement des «fractions au sol ou entrée directe, en évitant les ascenseurs».

TYS // VAM

Le contenu de Câmara de Lisboa juge la construction de 40 logements dans le Bairro da Boavista pour un montant de 4,5 ME apparaît en premier à Visão.