Le gouvernement des États-Unis a annoncé ce samedi qu'il reportera, d'une semaine, l'application des mesures contre TikTok, qui sont entrées en vigueur aujourd'hui, après que le président américain a donné son approbation à un accord préliminaire afin qu'il puisse continuer à opérer dans le Parents.

Donald Trump, a annoncé un accord de principe "fantastique", impliquant l'application chinoise de partage de vidéos TikTok et Oracle et Walmart.

«J'ai donné mon approbation à l'accord. Si c'est le cas, tant mieux. Sinon, ça ira aussi bien », a ajouté le président républicain, avant de partir pour une réunion de campagne en Caroline du Nord.

Le Président a rappelé que dans l'accord de partenariat entre Oracle et Walmart avec TikTok "la sécurité serait à 100%" que les applications "utiliseront des clouds séparés et une sécurité très puissante et qu'elles apporteront une contribution de 5,0 millions de dollars (environ 4,22 millions d'euros) dans l'éducation ».

Bytedance précise aujourd'hui dans son agrégateur de nouvelles que c'est "la première fois" qu'elle apprend que l'accord comprend un fonds d'éducation pour les Etats-Unis de 5,0 millions de dollars.

"La société s'est engagée à investir dans le secteur de l'éducation et prévoit de travailler avec des partenaires et actionnaires mondiaux pour lancer des projets d'intelligence artificielle (IA) et des salles de classe en ligne basées sur la technologie vidéo pour les étudiants du monde entier", a déclaré Bytedance, sans faire des références explicites aux États-Unis.

Vendredi dernier, le département américain du Commerce a annoncé qu'il bloquerait les téléchargements de TikTok et de l'application de messagerie WeChat (WhatsApp chinois) à partir des sites d'achat d'applications américains à partir d'aujourd'hui et que les autorités du pays opposeraient leur veto sa pleine utilisation aux États-Unis le 12 novembre, invoquant des problèmes de sécurité nationale.

Dans le cas de WeChat, il a également opposé son veto dimanche à tout transfert de fonds ou de paiement aux États-Unis via cette application, bien que ni le ministère du Commerce ni Trump n'y aient fait référence samedi.

La Chine a déclaré samedi qu'elle agirait contre les entreprises et les particuliers étrangers qui «mettent en péril» sa souveraineté et sa sécurité, et a publié de nouvelles règles liées à sa liste «d'entités non approuvées», annoncée il y a plus de 15 mois et non encore publiée.

RCP (EJ) // MSF

Le contenu de Bytedance dit qu'il ne connaît pas le fonds 4.2 ME dans un accord cité par Trump apparaît en premier dans Vision.