La Commission européenne a confirmé aujourd’hui que les règles de discipline budgétaire inscrites dans le pacte de stabilité et de croissance resteront temporairement suspendues en 2022, afin de permettre aux États membres de faire face aux effets de la crise du covid-19.

La décision a été prise aujourd’hui par le Collège de la Commission, dans le cadre de l’adoption du « paquet de printemps » du semestre européen de coordination des politiques économiques et budgétaires, et devrait désormais être validée par le Conseil des ministres des finances de l’UE (Ecofin), actuellement sous présidence portugaise jusqu’à fin juin.

rappelant que la clause de sauvegarde du pacte de stabilité et de croissance (PSC) — qui suspend temporairement les règles de discipline sur des questions telles que le déficit et la dette publique — a été activée en mars 2020, pour permettre aux États membres de réagir rapidement et d’adopter des mesures d’urgence pour atténuer la crise sans précédent l’impact économique et social de la crise du covid-19, la Commission a estimé aujourd’hui que l’économie européenne continuera d’avoir besoin de soutien au cours de l’année à venir, n’anticipant ainsi la désactivation de la clause qu’en 2023.

« La reprise approche à grands pas, mais la route est encore pavée d’inconnues. Par conséquent, nous continuerons à utiliser tous les outils pour remettre nos économies sur les rails. Nous prolongeons la clause générale de sauvegarde en 2022, avec la perspective de la désactiver en 2023 », a déclaré le vice-président exécutif Valdis Dombrovskis.

Le titulaire du portefeuille « Une économie au service des personnes » a encouragé les États membres à maintenir des politiques budgétaires de soutien « cette année et l’année prochaine, en préservant l’investissement public et en tirant le meilleur parti du financement du Mécanisme de relance et de résilience pour relancer la croissance » .

De son côté, le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni, a commenté qu' »un hiver maussade fait place à un printemps radieux pour l’économie européenne », maintenant que « des millions d’Européens se font vacciner chaque jour », les cas de covid- 19 reculent, les restrictions s’assouplissent, la confiance augmente et le Fonds de relance « NextGenerationEU » est enfin une réalité ».

Cependant, Gentiloni a averti que « la reprise reste inégale et l’incertitude est toujours élevée », donc « la politique économique doit continuer à soutenir à la fois en 2021 et 2022 ».

« Également grâce au mécanisme de relance et de résilience, l’investissement public devrait atteindre son plus haut niveau depuis plus d’une décennie. Notre message aujourd’hui est que tous les pays doivent également préserver les investissements financés au niveau national », a-t-il déclaré, ajoutant qu’« une fois que les risques pour la santé diminuent, les pays de l’UE doivent adopter avec prudence des mesures plus ciblées pour aider les entreprises et les travailleurs à naviguer dans le monde post-covid ».

Selon les données de la Commission, actuellement, seuls trois États membres ne dépassent pas le seuil de déficit public prévu dans le PSC (3 % du produit intérieur brut) — la Bulgarie, le Danemark et la Suède — et 13 ne respectent pas le critère de la dette publique — dont Portugal -, mais l’exécutif communautaire a une nouvelle fois défendu qu’« à ce stade, il ne fallait pas décider de placer les États membres sous une procédure de déficit excessif ».

La décision d’aujourd’hui de la Commission de maintenir la clause de sauvegarde activée en 2022 était déjà attendue, et avait déjà été « anticipée » par Dombrovskis dans un entretien avec Lusa début mai, lorsque le vice-président exécutif a souligné que, « sans surprise », le l’exécutif communautaire devrait confirmer cet exercice de printemps.

Dombrovskis a ensuite souligné qu’il s’agissait d’un scénario « assez plausible », une idée renforcée par la publication en milieu de mois des prévisions économiques du printemps, qui « ont confirmé » que la reprise économique de l’Europe n’est pas susceptible d’être pleinement consommée avant la fin de 2022 et que l’activité économique dans l’UE ne reviendra qu’à son niveau d’avant la crise.

Le maintien de la suspension des règles de discipline budgétaire a également été préconisé par la plupart des dirigeants politiques européens, dont le ministre João Leão, qui jusqu’à la fin du mois de juin en cours préside le Conseil Ecofin, qui devrait « ratifier » la décision de l’exécutif aujourd’hui. communauté.

ACC (ANE) // CSJ