L’Initiative libérale a présenté ce dimanche 23 mai Bruno Horta Soares comme candidat à la mairie de Lisbonne, menant sa candidature avec la devise «Il est temps de libérer Lisbonne», en référence au Parti socialiste.

«Je suis ici parce que je crois, comme beaucoup d’entre vous le croient, que si nous avons une initiative de toute une vie, nous pouvons construire un capital de confiance et de compétence que nous avons le devoir de mettre au service des autres lorsque cela est nécessaire», a affirmé Bruno Horta Soares lors de sa présentation, ajoutant que «nous pouvons vivre dans un Portugal plus libéral, avec plus de liberté et de responsabilité en politique, dans l’économie et dans la société».

A côté du candidat, l’Initiative Libérale a également présenté Ana Pedrosa-Augusto, Miguel Ferreira da Silva, Rodrigo de Mello Gonçalves et Angélique da Teresa comme candidats à l’autarcie.

Dans son discours, le chef de l’Initiative libérale n’a épargné aucune critique du maire actuel. «Le Parti socialiste a montré qu’il est fort, très fort, faisant du bien à ses militants, mais il n’est pas en mesure de faire avancer Lisbonne», a-t-il lancé. « En dix ans, Lisbonne a perdu près de 10% de la population résidente, elle reste une ville vieillissante et des jeunes qualifiés continuent d’émigrer vers Madrid, Dublin, Londres ou Amsterdam, où les opportunités professionnelles changent vraiment des vies », a-t-il déclaré.

Ana Pedrosa-Augusto, numéro deux sur la liste du conseil municipal de la capitale, a défendu que «Lisbonne doit continuer à aspirer à être une grande ville». «Être l’une des meilleures capitales européennes, être une métropole cosmopolite et libérale, avec toute la diversité du monde. Plus il y a d’activité économique, plus l’agriculteur est dynamique, plus il y aura de progrès et nous profiterons tous de ces progrès », a-t-il déclaré.

Le candidat a également critiqué la charge fiscale imposée aux Lisbonne. «Les recettes fiscales à Lisbonne sont élevées sans résultats cohérents, dans la pratique, il est évident qu’une part substantielle de l’effort fiscal de ceux qui vivent à Lisbonne sert à nourrir le monstre bureaucratique qu’est la CML».

« Je connais le pire qui puisse arriver à une ville qui ne se prépare pas à un avenir de plus en plus incertain et menacé, mais je connais aussi les opportunités fantastiques qui existent pour transformer l’expérience de vie de ceux qui vivent, travaillent ou visitent Lisbonne », a-t-il déclaré , en tenant compte de son expérience dans le domaine de la transformation numérique.

Dans son programme électoral, le candidat prétend «réduire l’ensemble des taxes, frais et taxis», «l’augmentation du remboursement de l’IRS à 5% étant la première». Horta Soares défend également une «collaboration entre le secteur public, les entreprises, le tiers secteur et les citoyens devant des lois obscures et des procédures expirées».

Le candidat entend également, s’il gagne, garantir un parking toujours disponible pour les familles vivant à Lisbonne, avec des capteurs et une tarification intelligente, éliminant une grande partie du stress et du trafic visibles dans la ville.