Ces critiques de Catarina Martins du gouvernement ont été faites lors d’un rassemblement de médecins généralistes et de famille devant le ministère de la Santé, pour protester contre la mesure du gouvernement qui permet l’embauche de médecins sans spécialité pour les centres de santé.

« Les médecins de famille sont soumis à des tâches bureaucratiques incroyables et inutiles, ils n’ont pas de progression de carrière et ils n’ont pas de conditions objectives suffisantes dans leurs centres de santé. Ils ont toutes les raisons de dire qu’ils n’en peuvent plus. Désormais, le ministère de la Santé propose que les médecins sans spécialités puissent travailler à leurs côtés et gagner plus qu’ils ne gagnent », a déclaré le coordinateur du Bloco de Esquerda.

Selon Catarina Martins, le gouvernement n’a aucune stratégie pour le SNS, cherchant plutôt des « correctifs », dont beaucoup « sans aucun sens ».

« Il faut débloquer les progressions de carrière et récompenser ceux qui veulent se consacrer exclusivement au SNS. C’est la voie fondamentale et que le gouvernement a refusée », a-t-il répliqué.

Le coordinateur du Bloco de Esquerda a même estimé que le SNS « se dirige vers une situation impossible, alors que le gouvernement dit qu’il va la résoudre avec un autre appel d’offres, ou avec une autre incitation ici ou là, mais sans jamais rien faire » en termes de mesures. Contexte.

« Lors du dernier concours pour les médecins de famille, plus du tiers des postes vacants étaient vacants. À Lisbonne et à Vale do Tejo, où il manque plus de médecins de famille, plus de la moitié des postes vacants étaient vides », a-t-il souligné.

Dans ses déclarations aux journalistes, la coordinatrice du Bloco de Esquerda a évoqué « le terrible fardeau » auquel les médecins de famille ont été soumis pendant la pandémie de covid-19.

« La pire chose à propos de ce gouvernement est de continuer à dire que tout va bien dans le SNS. Les solutions de patch prouvent chaque année qu’elles sont insuffisantes, erronées et qu’elles ne font que créer plus de problèmes », a-t-il souligné, avant de refuser la voie de la contractualisation des professionnels de santé avec les secteurs privé et social de la santé.

« La solution est de créer les conditions d’implantation des professionnels dans le SNS et de ne pas contractualiser avec les miséricordes et le secteur privé. Mais quelle est la raison pour laquelle les usagers courent en rafale, d’un côté à l’autre, et n’ont pas leur médecin de famille avec les conditions nécessaires pour les accompagner ? On garantit de plus en plus d’argent pour que les utilisateurs aient de moins en moins de conditions », a-t-il réagi.

Catarina Martins a déclaré plus tard qu’il y a des entreprises « qui gagnent des millions » avec ces contrats, d’emblée les entreprises prestataires de services, « qui sont installées dans tout le SNS ».

« C’est une voie absolument irresponsable. Je suis sûr que le gouvernement est de connivence avec cela. Ce que nous dépensons de plus année après année en services contractuels, avec des correctifs, était suffisant pour bien traiter ceux qui travaillent dans le SNS. Le gouvernement dit qu’il veut économiser, mais dépense des millions en affaires avec des fournisseurs de services », a-t-il ajouté.

PMF // ACL

Lusa/Fin