«Le Centre des droits de l'homme de Vesná, en association avec l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a recherché des informations opérationnelles sur les victimes de torture et de violence policière et, entre le 12 et le 20 août, a recueilli les témoignages de plus de 450 victimes, confirmés par des photos et des vidéos », A informé l'organisation non gouvernementale.

Selon Vesná, les témoignages de plus de 100 victimes ont été enregistrés sur vidéo.

"Une première analyse des témoignages a montré que la torture systématique et les traitements cruels, inhumains et humiliants à travers le Bélarus sont un crime contre l'humanité", a déclaré le centre.

Les défenseurs des droits de l'homme ont souligné qu'en dépit de multiples plaintes déposées contre des responsables de l'application des lois, le Comité d'enquête bélarussien n'avait pas ouvert une seule affaire pénale ni détenu une personne impliquée dans les exactions contre des manifestants pacifiques.

Face à cette situation, le Centre des droits de l'homme de Vesná, la Fédération internationale des droits de l'homme d'Helsinki et l'OMCT ont adressé au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres châtiments cruels, inhumains ou dégradants une demande d'intervention urgente.

La Biélorussie accueille une vague de manifestations contre la réélection du président Alexander Lukashenko, lors d'élections que beaucoup, y compris l'UE, considèrent comme frauduleuses.

La Biélorussie est entrée dans la troisième semaine de manifestations populaires, à la suite des élections du 9 août qui, selon les résultats officiels, ont conduit Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, à un sixième mandat, avec 80% des voix.

L'opposition dénonce les élections comme étant frauduleuses et des milliers de Biélorusses sont descendus dans les rues à travers le pays pour exiger la destitution de Loukachenko.

En réponse à l'aggravation de la crise, l'UE a accepté d'imposer des sanctions contre les autorités biélorusses liées à la répression et à la fraude électorale.

Le principal opposant de Loukachenko aux élections présidentielles, Svetlana Tikhanovskaya, qui selon les chiffres officiels a obtenu 10% des voix, s'est réfugié en Lituanie deux jours après les élections.

Les manifestations ont été sévèrement réprimées par les forces de sécurité, avec près de 7 000 personnes détenues, des dizaines de blessés et au moins trois tués.

AXYG // FPA