Il s'agit de la première victime du gouvernement libanais après l'explosion qui a fait au moins 158 morts, 6000 blessés et des dizaines de disparus, et qui a eu lieu dans un entrepôt où, selon le Premier ministre libanais Hassan Diab, 2750 tonnes de nitrate d'ammonium ont été stockées. , pendant six ans, «sans mesures de précaution».

"Après l'énorme catastrophe de Beyrouth, je présente ma démission (de mes fonctions) du gouvernement", a déclaré Abdel Samad, dans un bref discours, diffusé à la télévision et cité par l'AFP.

"Je m'excuse auprès des Libanais, nous n'avons pas été à la hauteur de vos attentes", a-t-il ajouté, justifiant la décision par l'échec du gouvernement à mener les réformes nécessaires et l'explosion qui a secoué la capitale Beyrouth mardi.

Samedi, des milliers de manifestants libanais révoltés par la classe politique, accusés de corruption, d'incompétence et de négligence après l'explosion, ont défilé dans le centre-ville de Beyrouth et envahi les ministères des Affaires étrangères et de l'Énergie, pour finalement être retirés par l'armée.

Selon la Croix-Rouge libanaise, 130 personnes ont été blessées dans les affrontements entre la police et les manifestants, dont 28 ont dû être transportées à l'hôpital.

Samedi encore tard dans l'après-midi, dans un discours diffusé à la télévision, le Premier ministre libanais Hassan Diab a déclaré que «seules des élections anticipées peuvent permettre de sortir de la crise structurelle» et a appelé «tous les partis politiques à se comprendre mutuellement. prochaine étape », déclarant qu'il est« prêt à continuer à assumer (…) des responsabilités pendant deux mois jusqu'à ce qu'ils parviennent à un accord ».

Le chef du gouvernement a ajouté qu'il soumettrait lundi sa proposition au Conseil des ministres.

Aujourd'hui, une visioconférence des donateurs pour le Liban se tient, co-organisée par les Nations Unies et la France.

L'explosion au port de Beyrouth a créé un cratère de 43 mètres de profondeur, selon les évaluations faites par des experts français en pyrotechnie envoyés sur le site, et révélées aujourd'hui par une source sécuritaire libanaise.

La France a offert un soutien logistique au Liban, notamment pour l'enquête sur l'explosion, et a envoyé des forces de sécurité, des équipes de recherche et une aide médicale.

L'American Institute of Geophysics (USGS), basé en Virginie, a révélé qu'il avait enregistré l'explosion comme un tremblement de terre de 3,3 sur l'échelle de Richter.

VP (PCR) // MCL

Contenu Beyrouth / Explosions: le ministre libanais de l'Information annonce sa démission apparaît en premier dans Vision.