Sikander Sattar a commencé à témoigner ce matin devant le Tribunal de la concurrence, de la régulation et de la surveillance (TCRS), à Santarém, dans le jugement de la demande d’attaque présentée par l’auditeur à la décision de la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM), qui a infligé une amende de 1 million d’euros à KPMG pour manquements dans le cadre de l’audit des comptes consolidés de Banco Espírito Santo (BES), pour les années 2012 et 2013.

Le représentant légal de KPMG a déclaré que les documents contenus dans les classeurs de KPMG Angola ne peuvent pas quitter le pays, comme c’est le cas pour toute autre succursale située dans un autre pays, mais que l’auditeur était « entièrement disponible » pour les montrer.

Dans sa décision, la CMVM a condamné l’auditeur pour des pratiques telles que le manque de documentation adéquate des procédures d’audit menées chez BES Angola, notamment en ce qui concerne les éléments probants obtenus sur le crédit aux clients dans une unité pertinente pour les comptes consolidés de BES.

Sikander Sattar a déclaré qu’en contact avec le président de l’époque du Conseil national de contrôle de l’audit (CNSA), António Varela, dans lequel il demandait l’accès aux portefeuilles, on lui a dit que KPMG Angola était «totalement disponible», mais qu’il le serait nécessaire pour demander l’autorisation des superviseurs angolais.

« [A CMVM] Il ne peut pas dire que les documents n’existent pas, car il n’est pas allé les voir », a-t-il souligné, considérant« une fiction »comme le régulateur« interprète les normes d’audit ».

L’auditeur «ne peut pas transporter d’un pays vers les portefeuilles d’un autre pays. Cela n’existe nulle part dans le monde », a-t-il déclaré.

Considérant la condamnation selon laquelle KPMG a été pris pour cible par la CMVM pour «une énorme injustice», après la collaboration de l’auditeur dans la détection des irrégularités qui étaient à la base de la résolution du BES, en août 2014, Sikander Sattar a insisté sur le fait que la décision ne peut avoir pour résultat que « erreurs ».

Interrogé par la juge Mariana Machado sur les faits contenus dans l’acte d’accusation de la CMVM, liés au manque d’informations sur le portefeuille de crédit de BESA et au fait que le régulateur estime qu’il aurait dû être à l’origine de l’émission de réserves sur les comptes consolidés de BES, Sikander Sattar a déclaré qu’il en était une des «grosses erreurs» de la décision, car elle prend comme déclarations finales qui sont rapportées dans les rapports intermédiaires.

Le président de KPMG a cité les règles régissant les travaux d’audit pour expliquer pourquoi les limitations signalées lors du processus d’analyse des comptes de BESA ne sont pas incluses dans les rapports d’audit finaux sur les comptes de BES.

« Le travail intermédiaire sert à identifier les problèmes sur lesquels l’auditeur doit travailler, en demandant des informations complémentaires et des éclaircissements, afin de pouvoir terminer le travail dans le respect des normes d’audit », a-t-il déclaré.

Sikander Sattar a également déclaré ne pas croire que la CMVM «croyait aux rapports intérimaires et ne croyait plus à l’opinion finale», tous deux émis par la même personne.

«KPMG Angola n’a jamais caché avoir identifié des problèmes. Il a rendu compte dans la phase intérimaire »et a« tout documenté », a-t-il affirmé, soulignant également que dans ce pays, il était nécessaire d’obéir à des normes comptables différentes, aux emplacements et aux taxes imposés par les normes internationales, avec la possibilité d’émettre des réserves et dans un autre ne pas.

De l’avis de la CMVM, la documentation insuffisante des informations relatives à BESA a rendu impossible la compréhension complète des comptes consolidés de BES, étant donné que l’auditeur n’a pas documenté «des faits importants dont il avait connaissance», n’a pas inclus de réserves et fourni de fausses informations, et que le fait délibérément.

MLL // CSJ

Le contenu du BES: KPMG indique que la CMVM aurait pu consulter les documents de l’auditeur en Angola apparaît en premier dans Visão.