1-1-e1669908198824-png

BE dit que ce serait bien que Lula parle le 25 avril, mais la décision appartient à AR

Le coordinateur BE a défendu aujourd’hui que ce serait formidable si le président brésilien s’exprimait au parlement lors des célébrations du 25 avril, mais a critiqué l’annonce du gouvernement, affirmant que cette décision appartenait à l’Assemblée de la République.

« L’arrivée de Lula da Silva au Portugal est une bonne nouvelle, qu’il s’exprime le 25 avril, je pense que c’est bien, mais cela doit être une décision du parlement », a déclaré Catarina Martins, qui s’adressait aux journalistes à Lisbonne, lors de la en marge d’une conférence internationale sur l’autisme promue par la représentation du Bloco de Esquerda (BE) au Parlement européen.

Interrogé pour savoir si ce discours devait avoir lieu lors de la séance solennelle qui se tient chaque année à l’Assemblée de la République, le dirigeant de BE a répondu : « Je ne vois pas pourquoi pas, mais ce sera la décision prise en conférence des dirigeants » .

« La position de BE est claire, nous n’acceptons pas que le gouvernement décide de donner des ordres au parlement, c’était ce qui manquait le plus, nous croyons en la démocratie, nous croyons en la séparation des pouvoirs, nous pensons que c’est très bien que Lula da Silva vient le 25 avril au parlement », a-t-il souligné.

Catarina Martins a estimé que le ministre des Affaires étrangères « a essayé de détruire une bonne idée parce qu’il est allé annoncer ce qu’il ne pouvait pas annoncer, sans rien dire au parlement » et a dit espérer que « le gâchis » de João Gomes Cravinho « n’arrive pas maintenant ». empêcher Lula de venir da Silva au parlement ».

La coordinatrice de BE – qui a annoncé qu’elle ne se représenterait pas lors du prochain congrès du parti, fin mai – a dit ne pas comprendre « pourquoi elle l’a fait, elle n’avait pas à le faire, il suffisait de parler à parlement de pouvoir faire l’invitation avant ».

Le blogueur a souligné que ce qui s’est passé « est absolument inacceptable » et a critiqué le fait que « parfois, l’arrogance de la majorité absolue conduit à des décisions complètement absurdes qui peuvent même ensuite tuer de bonnes idées ».

« J’espère que ce n’est pas le cas et que Lula da Silva pourra venir au parlement », s’est-il défendu, soulignant qu’il « avait tout intérêt » à ce que cela se produise, affirmant que c’est « un moment important pour reprendre des liens normaux entre Le Portugal et le Brésil, un moment important de la normalité démocratique des institutions des deux côtés de l’Atlantique ».

Le ministre des Affaires étrangères, João Gomes Cravinho, a annoncé jeudi que Lula da Silva prendrait la parole lors de la session solennelle du 25 avril.

Plus tard, dans une déclaration envoyée à Lusa, il a déclaré que « l’Assemblée de la République est souveraine dans les décisions qu’elle prend ».

L’annonce du ministre a suscité des protestations du PSD, de Chega et de l’Initiative libérale.

Le BE a accusé Gomes Cravinho d’avoir mis sa patte dans la flaque d’eau » en procédant à l’annonce, tandis que le PCP a estimé que la participation de Lula da Silva « prend tout son sens », « que ce soit dans une séance solennelle spécifique dédiée, ou dans la séance solennelle commémoration du 25 avril ».

Interrogé par Lusa jeudi, une source officielle du bureau du président de l’Assemblée de la République a déclaré qu’Augusto Santos Silva décidera de l’ordre du jour de la session solennelle du 25 avril « en temps voulu » et après avoir entendu la conférence des dirigeants. .

Vendredi déjà, interrogé sur le sujet lors de la session plénière, le président du parlement a déclaré qu’il recueillait « toutes les informations » nécessaires pour proposer aux parties comment organiser la « séance d’accueil » du président du Brésil, lors de son état visite en avril.

Articles récents