La coordinatrice de BE, Catarina Martins, a accusé ce jeudi le gouvernement d’avoir, avec la complicité de la municipalité d’Odemira, créé un « Simplex pour autoriser plus de plastique » pour les serres et créer des « villes conteneurs » pour que les travailleurs vivent.

Le troisième jour de la période de campagne officielle de la caravane BE a débuté aujourd’hui à Odemira, avec la fête utilisant un drone pour montrer, en temps réel, la « mer de plastique » issue des serres.

« Alors que nous sommes déjà dans cette situation d’explosion de personnes, d’explosion de plastique, d’explosion de pesticides, de manque d’eau aussi dramatique, le gouvernement décide de simplifier le processus pour tripler la superficie des serres. Nous avons 1600 hectares et dans peu de temps cela pourrait atteindre 4800 hectares », a-t-il critiqué.

Selon le leader de BE, le gouvernement, « avec la complicité de la municipalité », a fait ce qu’il a appelé « Simplex pour autoriser plus de plastique et créer d’authentiques villes conteneurs pour les travailleurs qui viennent ici ».

«Ce qui est prévu pour le moment, c’est que si la municipalité n’est pas en mesure d’analyser le processus de ces maisons dites temporaires, qui sont des conteneurs, dans les 10 jours, les conteneurs seront légalisés immédiatement. C’est-à-dire un Simplex pour plus de serres avec plus de travail forcé dans une zone où il y a déjà tant de problèmes. C’est vraiment inacceptable », a-t-il condamné.

Catarina Martins a également expliqué que, simultanément, « le gouvernement a également ouvert une ligne de cinq millions d’euros dans laquelle il finance jusqu’à un demi-million d’euros pour des serres afin de créer des conteneurs ».

« Il fait activement la promotion non seulement du fait que la Costa Vicentina n’est plus connue pour cette mer extraordinaire, mais pour la mer en plastique, mais aussi l’existence de villes – nous ne parlons plus de villages, nous parlons de villes – de conteneurs avec des travailleurs sans les conditions minimales, autant d’entre elles sont soumises au travail forcé », a-t-il souligné.

Accompagné de Pedro Gonçalves, candidat de BE à la Chambre d’Odemira, le leader bloquiste a déclaré lors des élections municipales du 26 septembre « qu’il est très important » la position qu’occupera le conseil.

« Il faut dire que la municipalité a été complice de l’installation sauvage des serres, de l’exploitation sauvage de ces travailleurs et de l’utilisation sauvage de l’eau qui a laissé tant de personnes sans accès à l’eau cet été », a-t-il déclaré.

Selon Catarina Martins, le candidat BE est le seul à avoir clairement indiqué qu’« il n’acceptera pas un autre mètre de serre à Odemira ».

De l’avis du dirigeant de BE, « il y a une double responsabilité » tant pour le gouvernement que pour la Chambre d’Odemira.

« Et le Bloc de gauche, vous le savez, a soulevé cette question d’innombrables fois à l’Assemblée de la République et nous avons déjà dit qu’il fallait interdire un autre mètre de serre à Odemira, garantir une autre distribution d’eau, que les travailleurs aient des droits et il faut garantir des maisons à ceux qui travaillent et ne pas traiter les gens comme s’il s’agissait d’outils agricoles et les mettre dans un conteneur à côté de la ferme », a-t-il rappelé.

Du point de vue du candidat BE à la chambre, les images que le parti a montrées à l’aide d’un drone seront très importantes « pour de nombreuses personnes dans la commune » car malgré le fait de savoir qu' »il y a beaucoup de plastique, beaucoup d’ouvriers, un beaucoup d’exploitation, il n’y a pas vraiment de notion de ce qui existe à Odemira ».

« Il y a une volonté de cacher du plastique derrière la végétation, il y a aussi une volonté de cacher tout ce qui se passe ici aux Odemirenses. La santé des habitants d’Odemir doit être supérieure à celle des millions de l’agro-industrie », a-t-il accusé.

Pedro Gonçalves a mentionné que, dans le cas des serres, il y a une « lutte claire de cinq contre un ».

« Cinq partis se fichent qu’il y ait plus d’agriculture intensive, cinq partis se fichent qu’il y ait plus de serres, mais le Bloc est fier de dire que ce n’est pas possible. Pas une autre serre à Odemira », a-t-il souligné.