« Chaque jour, nous avons vu l’échec de la gouvernance du Parti socialiste en matière de sécurité et la faiblesse de ce ministre [da Administração Interna] Eduardo Cabrita », a-t-il déclaré, évoquant l’affaire de l’agression d’un policier en uniforme à un guichet automatique, à Moscavide, commune de Loures (arrondissement de Lisbonne) vendredi.

Et il a renforcé : « Ce gouvernement socialiste a constamment affaibli nos forces de sécurité, désinvesti dans les moyens, dans la subvention des risques et aussi en termes d’embauche de personnel.

Francisco Rodrigues dos Santos s’exprimait lors d’un chahut dans la paroisse de Paul do Mar, commune de Calheta, à l’ouest de l’île de Madère, où il se trouve pour une visite de deux jours.

Le leader centriste a accusé l’exécutif d’António Costa d’avoir « diminué l’autorité » des policiers, permettant des « discours haineux et offensants » de la part des « forces d’extrême gauche » qui le soutiennent.

Par conséquent, il a appelé à l’approbation de la proposition du CDS-PP pour la création d’un « type de crime autonome » en ce qui concerne les attaques contre les forces de l’ordre.

« Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans un pays où l’on pense qu’attaquer, offenser ou porter atteinte à l’intégrité d’un agent des forces de l’ordre est anodin », a-t-il déclaré, ajoutant : « C’est l’Etat de droit lui-même qui est en danger et doit que le gouvernement rétablisse l’autorité de nos politiques.

Dans la paroisse de Paul do Mar, où le conseil d’administration est dirigé par le CDS-PP, Francisco Rodrigues dos Santos a déclaré que le gouvernement de la République continue « d’ignorer les intérêts des Madériens » et a cité le TAP comme exemple.

« Quatre milliards d’euros supplémentaires ont été demandés aux poches portugaises et nous avons appris que cette compagnie, que le gouvernement maintient au détriment de l’argent portugais dans la sphère publique, n’aura plus de vols directs de Lisbonne à Porto Santo et encore aujourd’hui elle continue de faire payer des prix exorbitants sur les billets pour les Madériens », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré qu’il était « dommage » que la subvention à la mobilité pour le transport aérien, déjà approuvée au parlement, n’ait pas encore été réglementée.

Aux élections municipales du 26 septembre, dans la région autonome de Madère, le CDS-PP ne rivalise avec ses propres listes que dans trois des 11 municipalités – Calheta, Câmara de Lobos et Santana -, tandis que dans les autres il avance en coalition avec le PSD, l’exemple du gouvernement régional actuel.

Francisco Rodrigues dos Santos a déclaré que la stratégie est « très intelligente et sage », compte tenu de la nécessité de « tirer parti de la croissance du centre-droit » dans les communes où il est possible « d’établir des convergences », sans compromettre les « intérêts spécifiques » des chaque fête.

« C’est pourquoi nous sommes absolument à l’aise avec ce que nous concevons ici pour la région autonome de Madère. Nous voulons, c’est l’objectif que nous avons, grandir dans ces élections locales. C’était un objectif que je me suis fixé au niveau national », a-t-il déclaré.

A Madère, le CDS-PP gouverne la Commune de Santana, dans le nord de l’île, depuis 2013.

Le leader centriste a en revanche souligné la « bonne gouvernance » du PSD/CDS-PP au sein de l’exécutif régional et a salué la performance du président du parti dans la région, Rui Barreto, qui est en charge du portefeuille de l’Economie, à savoir pour le programme qui a injecté 232 millions d’euros de fonds non remboursables pour les entreprises face à la crise générée par la pandémie de covid-19.

« Maintenant, nous remarquons que la reprise économique à Madère est beaucoup plus rapide que ce qui se passe sur le continent », a-t-il déclaré.

DC // ROC

Le contenu Municipalités : le chef du CDS-PP accuse le gouvernement d’« affaiblir » les forces de sécurité apparaît d’abord à Visão.