1-1-e1669908198824-png

Autorités locales : Assez impose des conditions pour former une coalition avec le PSD et rejette les accords avec le PS et la CDU

Lors d’une conférence de presse au siège du parti, à Lisbonne, André Ventura a évoqué les résultats des élections locales de dimanche, où Chega a élu 19 conseillers, notant qu’« il n’y aura pas d’accord municipal national entre Chega et le PSD ».

Même si, sur un total de 19 communes où il a élu des conseillers, il n’y a qu’une commune où Chega peut rendre viable un exécutif social-démocrate – à Santarém, où le PSD a remporté la chambre sans majorité -, André Ventura a déclaré que, pour un accord pour exister dans cette municipalité ou dans les conseils paroissiaux « où Chega a également des majorités pour imposer des blocus », le parti de Rui Rio devra adhérer à quatre conditions.

En plus de créer « un plan municipal de prévention de la corruption », Chega exigera également que « la dépendance municipale de moitié », applique un « supplément municipal de solidarité pour les personnes âgées » et mette en œuvre un « plan de suivi de la communauté rom ».

« Si cela n’arrive pas, Chega traitera le PSD comme il traite le PS, le BE ou tous les autres », a-t-il souligné.

Interrogé sur la constitutionnalité du plan de suivi de la communauté rom – qui, selon lui, servira à identifier la communauté, « l’incidence de la dépendance aux subventions », « la pénurie de logements » et « les problèmes liés à l’insertion des femmes et des filles dans le l’école et sur le marché du travail », a répondu André Ventura : « Peu m’importe que ce soit inconstitutionnel ou pas, c’est un problème pour les populations, il faut le résoudre avant qu’il ne soit trop tard ».

S’adressant également aux chambres où Chega partage le conseil avec le PS et la CDU (PCP/PEV), et qui constituent la grande majorité des cas où le parti pourrait influencer la faisabilité ou non d’un gouvernement municipal – comme à Moura, Sesimbra ou Seixal — André Ventura a déclaré que « ceux qui, au nom de Chega, rendent viable toute solution socialiste dans n’importe quelle chambre du pays, violent gravement les règles de Chega et l’esprit de ceux qui ont voté pour eux lors de ces élections ».

André Ventura a affirmé avoir déjà reçu des invitations à des accords de tous les partis qu’il partage avec le conseil — à l’exception de la CDU — mais il a menacé les conseillers du parti de se laisser convaincre par l’expulsion du parti.

« Je donnerai personnellement des instructions à tous les députés municipaux de Chega pour qu’ils ne rendent viable aucun exécutif, même s’il est assisté d’un conseiller, au mépris de la direction nationale du parti et de ses orientations nationales », a-t-il souligné.

Malgré cela, dans les cas où il partage le conseil avec le PS et la CDU, André Ventura s’est montré disponible pour négocier « au cas par cas », en fonction de ce qu’il considère être l’intérêt de la population locale.

Le chef de Chega a également déclaré que, ce week-end, une convention du parti sera organisée qui réunira tous les maires élus dimanche, au cours de laquelle « des instructions claires seront données, dans le cadre de leur autonomie et des compétences pour lesquelles ils ont été élus ». , de ce qu’ils doivent faire au nom de Chega et de ce qu’ils peuvent faire pour le peuple ».

« La population locale sera toujours la première pour nous, mais l’existence d’un parti qui en soit un, avec des indications précises et claires, est fondamentale pour que cela survive en tant que projet politique. (…) Chega ne peut pas devenir de multiples variables : il ne peut pas y avoir un Chega à Lisbonne, un autre à Serpa, un autre à Loulé », a-t-il déclaré.

Lors des élections locales de dimanche, Chega, qui a concouru dans 220 municipalités, a élu 19 conseillers.

Le parti comptera 19 conseillers dans sept districts : six à Lisbonne (dans les municipalités d’Azambuja, Cascais, Odivelas, Loures, Vila Franca de Xira, Sintra), quatre à Santarém (Benavente, Entroncamento, Salvaterra de Magos, Santarém), trois à Setúbal (Seixal, Sesimbra, Moita), deux à Beja (Moura, Serpa) et Faro (Loulé, Portimão), et une à Braga (Vila Verde) et Viseu (Mangualde).

Lors de la conférence de presse d’aujourd’hui, André Ventura a également abordé la polémique sur l’intention du gouvernement de limoger le chef d’état-major de la Marine, précisant que « le PS a toujours cette tentation : chaque fois qu’il voit quelqu’un augmenter son capital d’influence politique, il essaie de le mettre dans un lieu qui le fait taire ou le neutralise ».

« Peut-être qu’ils veulent neutraliser l’homme ‘task-force’ [o vice-almirante Gouveia e Melo] de vaccination pour qu’elle ne soit pas gênante lors des prochaines élections présidentielles », a-t-il évoqué.

Mardi, des sources liées à la Défense nationale ont indiqué à l’agence Lusa que le gouvernement allait proposer au président de la République la révocation du chef d’état-major de la marine, poste qu’il occupait depuis 2018, après avoir été reconduit pour deux ans en bureau à partir de mars de cette année.

Une source proche du processus et liée à la Défense nationale a déclaré à Lusa que le gouvernement proposerait le vice-amiral Gouveia e Melo pour remplacer l’actuel chef de l’état-major de la Marine.

Aujourd’hui, le président de la République a affirmé que le départ du chef d’état-major de la marine, avant la fin de son mandat, est convenu, mais qu’il n’arrivera pas maintenant, et il s’est excusé d’avancer la date.

AT // FPA

Articles récents